Ancien forum de la guilde jeu de rôle Quintessence sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor
 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Envolée pandarène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Envolée pandarène   Mer 28 Mai 2014 - 10:25

Les Bassins de la Pureté (Vallée des Quatre Vents)


L'Escalier

"L’escalier Dérobé, qui serpente entre les plaines fertiles de la vallée des Quatre vents et les steppes vallonnées du sommet de Kun-Lai, est l’une des merveilles de Pandarie.
Il fut taillé à la main par des esclaves pandarens sous la troisième dynastie mogu. Selon l’état actuel de nos connaissances, cela signifierait que ces marches sont vieilles de plus de douze mille ans !
Les grumelots pensent que cela porte bonheur aux voyageurs de compter les marches lors de leur ascension. C’est peut-être vrai, mais on n’a encore jamais pu se mettre d’accord sur leur compte exact."



Celyan et Khalal avaient gravi, non sans difficulté l'Escalier Dérobé. Escaladé serait le terme exact, tant certains passages présentaient des marches de pierre gigantesques (adaptées à un tauren), tandis que d'autres avaient presque complètement disparu, ne laissant place qu'à un amas glissant de gravillons. Affamés, épuisés, il avait pourtant fallu tenir le coup, ne pas tétaniser, toujours rester concentré pour éviter une mauvaise chute, garder le rythme. Finalement ils avaient atteint le plateau de verdure dans le col de la montagne, et s'était arrêtés à la seule auberge perdue, installée là.

Ils se remirent en route dès le lendemain, après avoir repris des forces. Les pandarens arrêtés à l'auberge avaient prévenu que la suite de la route sinueuse serpentant au creux de la montagne était dangereuse et que des lézards-malins, des sauroks dans la langue locale, s'en prenaient parfois aux voyageurs mal-préparés. Bien qu'un pandaren ait proposé ses services de mercenariat à Celyan, celle-ci refusa poliment. Khalal, Zixx, Khraikh et elle garderaient l'œil ouvert et attentif.

*********************

La caverne aux sauroks

Des gravillons dévalent la falaise derrière eux.
Sur la large falaise surplombant la petite route sinueuse, un énorme saurok de couleur rouge se redresse vivement. C'est le signal. Deux autres lézards humanoïdes surgissent devant les voyageurs pour leur bloquer le passage et se ruent dessus.

Le félin et l'un des attaquant désarmé roulent par terre, chacun d'eux tachant de dominer l'autre en le plaquant au sol. Zixx a un bon réflexe et évite la frappe du second saurok, laissant à Celyan le temps de sauter à terre et de dégainer.

La paladin tache d'aider le druide aux prises avec la créature écailleuse mais celle-ci est rapide, d'une extrême vivacité, repoussant l'humaine en donnant de larges coups de queue. Zixx et Khraikh s'envolent pour trouver refuge plus loin, mais l'un des sauroks ne compte pas laisser l'une des proies s'échapper et attrape l'aile gauche du griffon qui allait s'élancer. Comme la bête à plume se débat furieusement en battant des ailes et attaquant du bec, le saurok plante ses crocs, mordant dans le cou, ce qui arrache un piaillement de douleur.

- ZIXX !!!

******

Les cadavres de deux créatures reptiliennes jonchent les bords du chemin, le troisième saurok a pris la fuite à toute vitesse sur quatre pattes en constatant que l'échec de l'embuscade. Celyan prend le temps de soigner le druide, le griffon nerveux et blessé, puis sa propre blessure.

- Où est Khraikh ?

Celyan siffle pour appeler la petite chouette de jade, le combat est terminé. Mais aucune chouette dans les environs.

- J'entends quelque chose mais c'est très lointain, là-bas.

Le regard de Celyan, soudainement inquiet, suit la direction indiquée par Khalal, plus loin sur la route. La petite troupe finit par arriver près de l'entrée d'une large caverne dans laquelle s'écoule une petite rivière, dont l'écoulement de l'eau se répercute en écho. Au dessus d'eux un rapace décrit des cercles.

- Appelle-la de nouveau pour voir.

Celyan siffle à nouveau, et son sifflement revient en écho, et puis... un petit hululement leur parvient en écho également. Khraikh ! Indiquant à Zixx d'aller se mettre en hauteur loin de tout danger, l'elfe et l'humaine s'avancent dans la pénombre caverneuse, cherchant la petite chouette perdue.

******

Il la sent, elle est proche. Le druide sous forme de fauve cherche à établir le lien avec Khraikh pour retrouver sa trace. Dans la grotte, chaque pas sur la roche lisse fait écho, il fait noir, il fait humide et moite... et il y a une sensation désagréable par ici. La paladin qui avance à tatons dans l'obscurité, suivant le druide, cherchant sa petite protégée avec détermination. Soudain un saurok surgit de nul part, se jette sur elle et l'empale dans le dos, la lance transperçant l'armure de plaque et la chair, tendit que l'humaine hurle de douleur, tombant à genou, manquant perdre conscience. Le druide félin se retourne vivement et  renverse l'assaillant pour l'éloigner de la rouquine. Cette dernière, a demi inconsciente sent la magie sacrée traverser son corps sans l'avoir vraiment invoquée, un miracle divin qui anesthésie la douleur, lui permet de rester consciente et referme la chair en profondeur. Abattant le lancier saurok, Khalal se retourne vers l'humaine.

- Ne bouge pas. Je vais t'enlever ça.

Doucement, précautionneusement, il extrait le fer de lance, la paladin réprime un cri qui finit en gémissement. Heureusement que la Lumière est intervenue sinon elle n'aurait pas pu s'en sortir. Khalal innerve Celyan d'énergie druidique afin qu'elle puisse trouver la force de se relever, de se soigner un peu mieux et de sortir de ce pétrin.

Ils s'avancent tous deux vers le bout du couloir rocheux, et tombe sur une sentinelle saurok, de dos, en train de guetter le contrebas du couloir en dessous d'eux. La paladin garde les arrière mais on entend que la grotte s'agite, des bruits de pas pressés, des sifflements aigus et reptiliens.... la mort du lézard lancier n'a pas du passer inaperçue.

Entre une sentinelle seule et une flopée de sauroks... le choix n'est pas difficile. Khalal engage le combat, plantant ses crocs, mais le petit saurok fait basculer le félin par dessus son dos et l'envoie en contrebas. Celyan, ne pouvant plus combattre, cherche Khraikh désespérément dans la pénombre ambiante et finit par siffler pour l'appeler. Le sifflement se répand en écho le long des parois et on entend les dizaines de sauroks hurler leur rage face aux intrus, s'approchant dangereusement.

- Celyan, rejoins moi vite !

******

Le pandaren qui leur a fait signe à la sortie de la caverne les éloigne, traversant le petit lac et grimpe le long d'un chemin de bambou. Juste derrière eux apparaissent des lutins des bois, épineux ceux-là, qui courent autour et entre leurs jambes en direction inverse. Bientôt ils sont nombreux à s'aligner le long de la berge opposée à la caverne et entame des chants étranges chargés de magie.

Un coup d'œil en arrière. Aucun saurok ne s'aventure hors de la grotte. Celyan et Khalal remercient le pandaren qui leur a sauvé la mise, mais ils tiennent à peine debout tous les deux blessés et épuisés.



Dernière édition par Celyan le Dim 1 Juin 2014 - 19:09, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Envolée pandarène   Mer 28 Mai 2014 - 10:26

Le Recoin Secret

- Liu ! Mang et Shizia viennent de rentrer !  

Le pandaren d'âge mûr redresse la tête, son seul œil valide affiche une expression intriguée, tandis que l'autre est dissimulé sous le cache-œil. Le large faucon à la robe couleur marron rejoint son maitre, se posant sur l'harnachement qui protège l'épaule, observant l'extérieur avec curiosité.

Dehors les maîtres-fauconniers sont attroupés et calmes. Comme leurs oiseaux. Leurs yeux observent, analysent. L'un d'eux tient doucement un petit amas de plumes d'un vert étincelant. Etrange créature.

- Il y a eu du remue-ménage en bas.

Le monde d'en-bas. Faut-il une raison suffisamment convaincante pour y redescendre, quand on sait qu'ici, niché sur les falaises abruptes, là où aucun prédateur ne vient s'installer, on est presque déjà dans le ciel. Chaque matin le soleil vient caresser les flancs de la montagne et les souffles de vent du monde qui s'éveille avec lui parcourent les sommets.

- Je l'ai repéré tout à l'heure avec Mistral. *le faucon parcheminé de blanc tourne la tête à l'appel de son nom par son maitre*
- On a dû éviter ces sales serpents pour extirper cette petite demoiselle de là, mais elle n'a rien de grave. Juste un peu secouée.


Liu s'approche et prend la parole d'une voix grave, sereine et rassurante.

- Elle va se remettre. Mang, pourras-tu la loger avec Mistral quelques temps. Shuly apporte lui une portion de viande, qu'elle puisse reprendre des forces.

La petite chouette verte, encore un peu éberluée de la suite d'évènements qui vient de se produire semble revenir à elle, rouvrant des yeux papillonnants. Ses yeux se pose au hasard sur chaque visage, chaque faucon, chaque regard scrutateurs fixé sur elle. Et en chacun elle du calme. Le calme de la sérénité ambiante. Qui change radicalement du tumulte et de l'effervescence des créatures-lézards de la caverne où on l'a emmené de force. Elle en a encore les ailes douloureuses d'avoir été serrées trop fortement par les pattes griffues des sauroks.

- C'est un oiseau coriace ça. Hum.. un hibou. Ah non, une chouette.

Le borgne, dénommé Liu, observe et pose un doigts sur la petite tête de Khraikh, apaisant.

Mais Khraikh, elle, cherche du regard son elfe au cheveux bleus et son humaine. Où sont-ils ? Elle se souvient du traquenard dans le col de la montagne, d'avoir volé aussi loin que possible, de s'être retournée en entendant Zixx piailler de douleur et puis.... du saurok qui l'a empoigné avec force, ne lui laissant aucune chance de s'échapper. Elle se souvient du noir quand il a avalé la tête de la petite chouette, que sa mâchoire molle de serpent s'est refermé et que les crocs n'ont rencontré que le jade de plumes, les rayant, en brisant deux, et que dépité il l'avait recraché. Et puis ensuite... des flashs, des moments de peur, essayant de trouver des points de repère, un sifflement proche du cri aigu, la course, la lumière de la lune, l'air frais.

Un sifflement.

Khraikh la sort de ses pensées. Un écho ? Un rêve ? Celyan ?

Khraikh émet un hululement fort et distinctif : je suis là !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Envolée pandarène   Dim 1 Juin 2014 - 12:43

Le Peuple du Ciel

Depuis leur arrivée catastrophe au village caché, Celyan et Khalal se sont fait accepter par les pandarens locaux. Le Peuple du Ciel comme se font appeler tous les maitres-fauconniers de ce lieu niché dans la montagne, vivent reclus là où les autres pandarens ne comprenant pas leur passion pour le ciel et les oiseaux ne peuvent les juger.


Car voyez-vous, les pandarens ne sont pas tous aventureux, la plupart aiment rester bien sagement dans une petite vie tranquille et ordinaire. Ceux dont les envies de voyages et de connaissances étaient trop grandes étaient souvent vu comme des exentriques destinés à aller vive sur Shen Zi'su, la Tortue. Et ceux qui eurent un jour la folle envie de découvrir le ciel, d'atteindre les nuages, d'aller à la rencontre des maitres des cieux -les rapaces- ne furent pas mieux lotis.

Néanmoins, une légende raconte comment ce peuple de maitres-fauconniers gagna ses marques de respect auprès de l'ordre des Pandashans, défenseurs éternels et admirés de tous. Il est dit que deux frères pandarens grandirent ensemble. L'un d'eux étaient un moine aguerri traditionnel et l'autre un rêveur. L'un montra tant et tant ses prouesses et son respect des traditions qu'il entra chez les Pandashans. L'autre ne cessait de lever les yeux vers les nuages et il rejoignit les pandarens de la montagne. Leur divergence de point de vue les avait séparé. Mais la vie les réunit à nouveau, lorsqu'une importante attaque yaungole éclata au cœur de Kun Lai. Le cours exacte de la bataille s'est perdue dans les mémoires, mais on sait que les Pandashans combattant à la force de leurs poings à un contre cinq, n'auraient jamais pu repousser les yaungols sans l'aide du Peuple du Ciel, venu défendre leur précieuse montagne dans la vallée. Les faucons jouèrent un rôle clé dans la collecte et l'échange d'informations. Signalant la position de camps ennemis, transmettant les messages entre les forces des Pandashans pour coordonner la défense, attaquant dans les bataille à coup de bec et de serres aux côtés de leurs maitres. Les deux frères combattirent ensemble, et bien que leur façon de faire et leur rôle fussent différents, leur complémentarité fut si efficace qu'à la suite de la victoire, chaque partie avait gagné le respect de l'autre.

Depuis lors, il arrive que les maitres-fauconniers partent de leur village quelques temps, pour prêter main-forte à leurs alliés un peu partout sur le continent.



Dernière édition par Celyan le Dim 1 Juin 2014 - 19:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Envolée pandarène   Dim 1 Juin 2014 - 13:06

Cours de fauconnerie

D'abord sur la défensive, le Peuple du Ciel a très vite trouvé des points d'intérêt envers les deux étrangers, débarqués chez eux en catastrophe.

D'abord, la jeune fille rousse est accompagnée d'une chouette particulière faite de jade et d'un animal, mi-aigle, mi-lion. Tous deux semblent très liés à elle et la suivent partout. Les pandarens ne peuvent la considérer comme une véritable maitresse de rapace, car elle n'a pas suffisamment de technique de dressage. Mais il n'empêche qu'elle aime les oiseaux. Un bon point.

Ensuite il y a ce grand elfe. Il a l'étrange capacité de changer de forme et l'une d'entre elle... le représente en un corbeau aux plumes bleues. Un second bon point.

Ainsi ces deux étrangers sont devenus des visiteurs, puis des invités de marque à qui l'on pose des questions sur le lien avec le Ciel. La question qui a le plus marqué Celyan :

" Les griffons pondent-ils des oeufs comme les aigles ou allaitent-ils leurs bébés comme des lions ? "

*************

Dans les jours passés sur place, la jeune fille a passé du temps et étudié auprès des maitres-fauconniers. Ces derniers lui ont prêté une tenue de cuir et de tissu léger, plus pratique pour tous les entrainements. Équipée de gants robustes remontant sur l'avant-bras et d'une épaulière d'un seul côté pour accueillir Khraikh sans se faire broyer l'épaule, Celyan avait presque l'air d'une vraie dresseuse de rapaces.

Le matin, dans le col de la montagne, la paladin s'entraine sur un rocher à garder l'équilibre, elle ne doit pas être un poids pour son griffon, qu'elle sache l'aider à virer ou à redresser. Sur une seule jambe, bras étendus, perchée sur son rocher, elle doit supporter le vent de la montagne qui la pousse de droite ou de gauche sans tomber. Yeux ouverts, pour avoir un appui optique, puis yeux fermés pour voir jusqu'à quel point elle peut rester équilibrée même en cas de brouillards et d'obscurité.

L'après-midi, on lui montre la chasse dite de "haut-vol", très spectaculaire. Un maitre-fauconnier fait la démonstration à Celyan. Libéré par le fauconnier, l’oiseau s’élève dans le ciel puis s’abat à grande vitesse en piqué pour buffeter sa cible, c'est-à-dire la heurter violemment de ses ailes ramenées contre sa poitrine et lui labourer le cou de ses serres. Sa proie tombée au sol, le faucon la lie (= la saisit) et commence à la plumer, jusqu'à ce que le fauconnier vienne ramasser le gibier.

Le lendemain, les pandarens montrent à Celyan comment apprendre à Khraikh et Zixx à signaler la position d'une cible en décrivant des cercles précisément au dessus de sa position, les envoyer en reconnaissance... et les leçons vont nécessiter du temps avant d'être concluantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalal

avatar

Messages : 548

MessageSujet: Re: Envolée pandarène   Lun 2 Juin 2014 - 10:41

Étonnement, ce fut la majorité des réactions du Peuple du Ciel.
Isolé dans les hauteurs et spécialiste des oiseaux, le fait qu'il puisse se changer en corbeau intrigua les pandarenes mais pour autant ce fut Celyan qui retient plus leur temps.

Le fait qu'il ne soit pas un oiseau à proprement parlé et qu'il n'en possède pas le plaça dans une case à part, sans que cela le gêne le moins du monde. Bien au contraire...

- La forme humanoïde est votre vrai forme ou alors êtes vous un corbeau doté de facultés supplémentaires ?
- La femme qui vous accompagne peut elle dresser le corbeau quand vous vous transformez ?

Non définitivement il préfère oublier certaines questions et ne tiens pas à ce que Celyan en aient connaissance d'ailleurs...
Les questions, bien que posé sans méchanceté, lui tira un grognement.


**********************

Assis en tailleur sur des hauteurs, il reste écarté du camp. Plus loin il peut voir l'humaine s'exercer avec les maîtres fauconniers, les manœuvres qu'elle tente de faire faire à Zixx et Khraikh sont encore incertaines et malhabile, mais il y a de la volonté.

Mettant à profit cette pause bienvenue, il peut enfin se concentrer sur les décoctions qu'il doit préparer. Plusieurs sont indispensable et doivent être rapidement faite et ici il dispose du temps nécessaire et de la tranquillité adéquate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalal

avatar

Messages : 548

MessageSujet: Re: Envolée pandarène   Lun 2 Juin 2014 - 11:17

A nouveau résonne un cri d'alerte, les oiseaux guettant le passage en direction de la caverne aux sauroks ont détecté de l'agitation. Les lézards sont de sortie.

Se précipitant vers le bord de falaise afin de savoir ce qui se passe, Khalal et Celyan purent voir un guetteur, désignant la passe.

- Ils tendent une embuscade à un voyageur solitaire. Il va falloir que l'ont préviennent à nouveau l'aubergiste de bien avertir les passeurs...

Des hauteurs ou ils sont, ils peuvent juste voir les mouvements effectué par les sauroks.
Un bref regard entre eux, la décision est déjà prise.

Un corbeau et un griffon s'envolent, puis de concert effectuèrent un piqué vers les reptiles. Cela eu pour effet de les dispersé rapidement.
La personne au prise avec un saurok, blessé, continuant de se débattre profita de la distraction pour placé un bon coup de pied dans son agresseur, le repoussant. Celyan pu l'achever de sa lame, se tournant vers l'inconnu.

- Merci de m'avoir aidé
- Theanel ??!

**********************

Zixx rapatria le blessé avant de revenir chercher Celyan, une fois à l'abris parmis le Peuple du Ciel, l'homme fut pris en charge par Celyan et nourri grâce aux pandarenes.

- Je me suis mis en route, suivant les indications que vous m'aviez laissé. J'ai pu voyager sereinement jusqu'à l'Escalier au prétendu 100 marches

Khalal et Celyan échangèrent un petit sourire sur se fameux Escalier

- Apres mettre reposé à la taverne dans les brumes et avertie du dangers, comme vous étiez passé par là j'ai choisie de continuer... Et vous connaissez la suite

Finissant de soigner l'apprenti moine, Celyan hocha la tête en souriant.

- On est content de te voir... entier !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Envolée pandarène   

Revenir en haut Aller en bas
 
Envolée pandarène
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'envolée ludique
» Le sukhoi Super Jet 100 c'est envolé.
» Pour un sourire
» L'Envolée Lyrique de Sire Mystère !
» l'ombre pandarène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quintessence :: La vie en Azeroth :: Aventures-
Sauter vers: