Ancien forum de la guilde jeu de rôle Quintessence sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor
 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'ombre de la Légion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: L'ombre de la Légion   Dim 14 Aoû 2016 - 17:34



Au milieu du chemin de notre vie
je me retrouvai dans une forêt obscure,
dont la route droite était perdue.


Les vents réguliers donnant son nom à la capitale du lion et ses régions environnantes avaient cessé. L'air était devenu électrique, lourd et étonnamment immobile. Les animaux s'étaient tus. Et l'ombre épaisse avait obstrué la lumière du soleil et des lunes, plongeant le monde dans l'obscurité et le froid.

Les cieux noirs striés de vert étincelant avaient soudain vomi les agents démoniaques qu'ils dissimulaient, et ils avaient frappé. Partout, Azeroth était assiégée par l'ennemi.

Dans les campagnes reculées, les gens qui, jusque là, vaquaient à leurs occupations, indifférents à l'agitation citadine causée par de sombres auspices ces dernières semaines, furent les plus durement touchés, foudroyés par l'armée de la Légion Ardente.

Parmi les régions envahies par un front de démons, la Marche de l'Ouest. La Marche de l'Ouest qui avait, au cours des dernières années de paix relative, regagné en activité, pacifiée des rebelles Défias, et était redevenue le centre de production principale agricole du royaume d'Hurlevent qu'il était jadis. A présent, les champs brûlés par les flammes verdoyantes dévorantes ne laissaient plus que des terres calcinés et gangrénées. Là où les représentations charnelles des démons étaient tombées, abattues par la vaillance et la ténacité des défenseurs, le sol était d'autant plus corrompu et leurs cadavres empoisonnés s'amoncelaient en brasier que l'on tentait de purifier. Même si les renforts militaires avaient sommairement organisé la défense et s’efforçaient de repousser les attaques incessantes des démons, le constat était effroyable : un grand nombre de paysans avait péri, les réserves de grain pour l'hiver suivant étaient parties en fumées. Fuyant la menace et les zones de combat, les survivants se dirigeaient vers Elwynn et les Bois de la Pénombre.

Indifférent au chaos, au milieu des Bois, un félin veillait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lienasem Mirelame

avatar

Messages : 61
Humeur : Variable

MessageSujet: Du feu dans la neige   Sam 20 Aoû 2016 - 19:38

Lienasem sortit sa tête de la neige, avant de ramper devant lui, mais déjà il sentait le pas lourd derrière lui. Trop tard pour fuir, il pivota sur le dos, levant une main prête à lancer un sort, seulement pour voir le gangregarde lever son immense lame et l'envoyer fuser vers lui.
L'arcaniste peinait à rassembler suffisamment d'énergie pour bloquer le coup lorsqu'une seconde lame, en élémentium, vint dévier le coup du gangregarde, juste assez pour qu'il frappe le sol à quelques centimètres de sa cible.
Le sorcier vit ensuite son protecteur percuter le poitrail du démon d'un grand coup d'épaulière en plaque, le faisant reculer de quelques pas, avant de lui sectionner une jambe d'un coup latéral net. Le démon chu en avant, et fut décapité net avant même d'atteindre le sol par un autre coup d'épée ajusté à la perfection.



Quatre jours. Cela faisait quatre jours que Lienasem se déplaçait au travers des montagnes au nord de Forgefer. Sa masure pulvérisée par un abyssal, il avait fui la légion dans la seule direction qui n'était pas couverte de démons. Il pensait profiter de la première accalmie pour ouvrir un portail, mais un combat contre une meute de traqueurs corrompus l'avait vidé de son énergie. Depuis, les accrochages avec la légion se produisaient juste assez souvent pour qu'il n'arrive pas à récupérer, et il ne devait la vie qu'à son Sirius, son protecteur.

Ce dernier était plus qu'un protecteur. Il s'agissait de sa création, résultat d'un projet extrêmement coûteux en temps, en or et en énergie, mené l'an précédent. Lienasem n'avait jamais considéré le tout comme du gâchis, mais il ne s'était jamais autant félicité du résultat que depuis le début de l'invasion.
Quoique plus petit que les gangregardes, Sirius était un golem élémentaire lié au feu enfermé dans une armure d'élementium enchantée. Il était capable d'encaisser la majorité des coups sans broncher, et de les rendre physiquement ou magiquement. Les enchantement, l'acier, le travail de forgeage, tout avait coûté des quantités faramineuses d'argent. Mais le résultat était là, sa création venait de le garder en vie quatre jours durant, au beau milieu d'une invasion démoniaque, seul.



Lienasem se remit sur pied tout en reprenant son souffle, alors que Sirius levait une main vers un démon volant, l'abattant en plein vol d'un rayon ardent qui le transforma en torche vivante. Mais le sorcier assistait à ce genre de spectacle en boucle depuis plusieurs jours, aussi il ne réagi pas, et reprit son chemin au travers des glaces, toujours vers le nord, et vers le haut.

Il avait été incapable de récupérer son énergie naturellement, les démons le forçant à l'utiliser pour se protéger à chaque attaque escarmouche. Et l'arcaniste craignait de s'adonner à une évocation alors que les énergies magiques locales étaient en ébullition à cause de l'assaut démoniaque. Cependant il vivait ici depuis longtemps, et il connaissait les propriétés magiques des sommets enneigés. Il savait qu'il pourrait trouver un noeud tellurique d'assez grande importance en s'enfonçant davantage dans les montagnes. La-bas il pourrait récupérer son énergie plus rapidement, et ouvrir un portail vers un lieux sûr.

Les heures se remirent à défiler, le mage ne prêtant qu'à peine attention à son environnement, toujours à moitié en transe et concentré sur les fluctuations magiques autour de lui. Il se reposait sur son gardien pour le protéger. Il se maintenait en forme malgré le peu de sommeil en ingérant les potions énergisantes qu'il avait réussi à sauver, et en synthétisant la nourriture nécessaire par magie. Sirius lui n'avait besoin ni de manger, ni de dormir, ce qui était un avantage indéniable.

Après une demie-journée à marcher guidé par le phare magique que constituait le noeud tellurique, Lienasem entendit un cri dans son dos, suivi de quelques autres. Un simple effort pour orienter ses sens magiques dans cette direction lui confirma qu'une demie-douzaine de gangregardes venaient de se lancer à leur poursuite.

Il lâcha un soupire, avant de presser le pas. Ils touchaient au but. Il entendit Sirius tirer son épée-bâtarde de son fourreau tout en continuant à marcher. Les démons étaient encore à plusieurs centaines de mètres, mais ils seraient vite sur eux.

La distance restante jusqu'au coeur du noeud tellurique fut vite parcourue. Pour un profane, l'endroit n'avait rien de spécial. Juste un autre des col enneigés que l'on trouvait à profusion en Dun Morogh, mais Lienasem savait qu'il était au bon endroit. Il ferma les yeux et se concentra, se préparant à attirer à lui l'énergie dont il aurait besoin.

Au même moment, les démons arrivèrent à portée du protecteur élémentaire, qui commença à les bombarder de traits incendiaires. Certaines attaques allèrent s'écraser dans la neige en un nuage de vapeur, certaines vinrent brûler la peau des démons. Cela ne les arrêterait pas, mais le but était surtout de les affaiblir assez pour pouvoir les vaincre aisément au contact.
Cet échange dura une vingtaine de secondes, puis Sirius attrapa son épée à deux mains, cette dernière prenant feu dans la foulée. Il se mit en garde, puis les démons l'atteignirent.

Complètement coupé du combat qui faisait rage non loin, Lienasem continuait de se préparer. Il craignait par dessus tout que l'influence néfaste de la Légion sur la zone ne surpasse l'énergie tellurique qu'il essayait d'atteindre, et lui fasse prendre un bain de felmagie dont il se passerait. Il devait être prudent.
Sa prospection mentale dura une poignée de minutes, puis finalement l'arcaniste appela à lui les forces qu'il cherchait. Il fut immédiatement soulagé de constater que tout se passait normalement, les arcanes du noeud étaient aussi pures qu'elles auraient pu l'être. La sensation de toute cette énergie imbibant son être était terriblement grisante, et il eut du mal à se forcer à rouvrir les yeux, reprenant contact avec la réalité.

Quatre cadavres de démons gisaient au sol, et son protecteur était aux prises avec les deux restants. Au vue des trâces de perforation ou d'impact sur l'armure, il avait visiblement été touché de nombreuses fois. Et le fait qu'il soit encore debout sans effort semblait avoir légèrement troublé les gangregardes qui avaient prit le parti d'une approche plus méthodique, tournant autour de Sirius sans attaquer. Mais surtout sans prêter attention au mage.

Mage qui venait de retrouver la pleine mesure de ses capacités, et qui ne se fit pas prier pour expédier une série de projectiles arcaniques sur les gangregardes. Sirius en profita, chargeant l'un des démons au même moment.

Le combat ne dura qu'une dizaine de secondes et les deux démons finirent au sol avec leurs congénères, transpercés par des missiles magiques et couverts de coups d'épée ardente.

Lienasem prit un moment pour souffler, mais s'empressa ensuite d'ouvrir un portail vers l'enceinte sûre de Forgefer. Il n'allait pas laisser le loisir à d'autres démons de les débusquer en perdant son temps. Le duo passa le vortex magique et se retrouva enfin, après plusieurs jours épuisants, en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: L'ombre de la Légion   Lun 22 Aoû 2016 - 16:33

A peine revenue de Hurlevent, où elle s'était mise au courant de la majorité des informations recueillies depuis l'invasion fulgurante de la Légion Ardente, Celyan s'était concentrée sur ce qu'il lui était possible d'accomplir pour apporter de l'aide.

En prenant la route du Bosquet des Bois de la Pénombre, elle avait rencontré sur le bord du chemin un camp de réfugié en halte pour la nuit. Elle resta donc à leurs côtés quelques jours pour s'assurer qu'ils atteignent Sombre-Comté sans être rattrapés par des assaillants gangrénés.

Lienasem l'avait rapidement rejoint, et Khalal ne tarderait pas. Plus étonnant, un chevalier runique envoyé par Zagethia Hache-Vive s'était également jointe à eux. La paladin gardait un œil vigilant sur la relevée qu'elle avait chargé de la surveillance des alentours afin de l'écarter des personnes - déjà suffisamment apeurées par la Légion - d'une part, et pour mettre à profit l'absence de sommeil bien pratique pour assurer sans faillir les tours de garde jour et nuit d'autre part. Celyan ne donnait pas cher de la peau de la première araignée géante ou ogre qui oserait s'approcher du camp de fortune.


Dernière édition par Celyan le Lun 22 Aoû 2016 - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalisah Al'Ashmedi



Messages : 49
Age : 35
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: L'ombre de la Légion   Lun 22 Aoû 2016 - 20:19

Celle qui auparavant avait été une jeune femme patrouillait dans la nuit. Le Bois de la Pénombre avait quelque chose de lugubre qui lui plaisait. Elle avait entendu parler de cet endroit, surtout du cimetière encore hanté par des goules, squelettes et autres créatures relevées. Ses yeux de givre surveillaient sans cesse les alentours du campement. Elle s'était habillée de cuir pour éviter de faire trop de bruit. De temps à autres, elle s'arrêtait pour écouter.

Alors qu'elle s'éloignait vers l'ouest sur la route, elle entendit une voix dans sa tête :

"- Vingt-deux, y a ta nouvelle cheffe qui s'ramène.
- Nan mais même à distance tu me parles, dit-elle à voix basse ?
- On est liées toi et moi ma cocotte.
- Mais comment ?
- Ah ça, c'est un secret."

Elle entendit un rire dans sa tête. Elle s'arrêta, puis ferma les yeux un instant. Et c'est là qu'elle entendit le bruit d'ailes. Elle s'avança sur la route tout en levant la tête, dégainant son épée. Elle vit un proto drake atterrir plus loin sur la route. Une forme indistincte mais visiblement avec une longue chevelure blanche en descendit suivit d'une autre forme, blanche. Elle s'arrêta à nouveau et se retourna. Le campement était en vue, elle pouvait garder un oeil dessus.

Les deux formes s'approchèrent de la jeune femme. Elle rengaina son épée en reconnaissant Zagethia et son loup, Zagrosh.

Après de brèves salutations, Kerstin lui expliqua la situation du campement de réfugiés. L'orque se gratta un instant la joue en regardant le campement. Tout ce qu'elles se disaient était à voix basse.

"- Au fait, Celyan est revenue, c'est elle qui m'a reçue.
- Oh, une bonne nouvelle enfin, répondit l'orque. Elle t'a reçue comment ?
- Comme un paladin accueillant un chevalier runique, enfin, le fait que je sois de la Lame d'Ebène a facilité les choses aussi. Par contre, j'ai pas le droit d'user de magie.
- Et elle a raison. Tu n'en auras pas besoin... enfin je l'espère.
- Et toi alors, tu fais le tour des popotes ?
- On peut dire ça, soupira l'orque. J'ai commencé par rejoindre Andhariël. Hautebrande est une cible de la Légion. Comme si la peste des réprouvés ne suffisait pas, il a fallu que la Légion vomisse sa fielmagie aussi...
- Hum... Je vois. Et t'as vu Ottilie ?
- Oui, elle est en plein dedans elle aussi. Dun Morogh est attaqué régulièrement. J'ai aidé autant que je pouvais.
- Les gardes t'ont pas attaqué ?
- Non, au contraire, je crois qu'ils sont plutôt contents d'avoir toute l'aide disponible. Bon, ta soeur a juste cassé son fusil... Et ça fait bizarre de la voir avec un arc.
- Et là, tu viens nous aider pour la Marche de l'Ouest ?
- J'aimerais bien rester, mais je vais devoir voyager en Kalimdor. Je vais dormir pas loin d'ici, demain matin, j'irai aidé la Marche s'il y a besoin puis après, je dois absolument aller en Tanaris.
- Khalisah...
- Oui, elle a eu raison, Tanaris est attaqué, comme les Tarides, au niveau de la Croisée, et Azshara, aux portes d'Orgrimmar. Horde, Alliance, Neutres, tout le monde se bat.
- J'aimerais bien t'accompagner, demain.
- Non, surtout pas, tu restes avec Celyan, et veille sur elle. J'ai pas envie d'aller annoncer une mauvaise nouvelle à Khalisah.
- Mais vous êtes proches toutes les deux ?
- Pour être honnête, je ne l'ai vu qu'une fois, pas sûre qu'elle me reconnaisse d'ailleurs, mais je sais pas, elle m'a marqué."

Les deux femmes continuèrent leur conversation puis se turent un instant. Kerstin dégaina son épée et la planta dans le sol, près de la route, puis marcha un peu. Soudain, un grognement de Zagrosh la mit en alerte, et d'un buisson, une sorte de chien avec des piques sur le dos, les yeux verts déboula et chargea l'humaine. Celle-ci évalua la distance, et non, elle ne pourrait pas atteindre son épée. Zagethia l'appela doucement, puis lui lança sa hache à deux mains qu'elle avait dégainé. A peine attrapée, le gangrechien était sur elle. Faisant un pas de côté, elle frappa du plat du pied la tête du démon qui perdit l'équilibre et tomba sur le côté. Se campant sur ses deux jambes, elle leva la hache bien haut tel un bourreau et l'abattit violemment sur le cou du gangrechien.

Retirant la hache, elle fit une grimace en voyant le sang verdâtre qui s'écoulait.
"- Merde, comment il est arrivé ici celui-là ? maugréa l'orque
- J'en sais rien, mais en tout cas, c'est sûr que je vais être encore plus prudente. En tout cas, Sacdos l'a pas vu, ça c'est sûr.
- Bien, je vais pas te déranger plus longtemps, je vais me poster plus en amont. S'il y a la moindre incursion, Zagrosh le sentira.
- D'accord, à bientôt alors, et tiens moi au courant pour la suite après.
- Tant que Khalisah n'est pas revenue, c'est toi qui restes. Sois prudente... Et surtout, relève pas de cadavres.
- Reçu, sourit l'humaine."

L'orque reprit sa hache, regarda le chevalier runique et sourit : "Quelque chose me dit que la hache pourrait bien devenir une arme de prédilection pour elle, pensa-t-elle."

Retournant à sa monture, elle prit quelques affaires, puis celle-ci décolla. Puis accompagnée de son loup, elle continua la route vers l'ouest, tenant sa hache et restant aux aguets. L'humaine quand à elle, reprit son épée, et ne la rangea pas de la nuit, épiant chaque mouvement, écoutant chaque son. Elle reprit sa garde autour du campement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalisah Al'Ashmedi



Messages : 49
Age : 35
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: L'ombre de la Légion   Jeu 25 Aoû 2016 - 10:35

Ils y étaient arrivés. Ils avaient enfin atteint la Colline des Sentinelles. Kerstin éprouvait un peu de honte. En effet, sur son wyrm, seule Drallia était sur le dos. Kerstin elle, pendait lamentablement sur le côté, tenant fermement les rênes de la main gauche, son épée à la main droite, épée qui n'arrêtait pas de rire, ce qui avait tendance à exaspérer l'humaine.

Pourtant, la soirée avait plutôt bien commencé. Le groupe, composé du druide aux cheveux bleus, Khalal, du mage Lienasem, de Celyan la Rousse et de Kerstin avait été rejoint par la sorcière du Bois de la Pénombre, Drallia Roncenoir. Ils s'étaient dirigés vers l'ouest, vers la Marche. Sacdos avait à nouveau fait sensation lorsqu'il apparut, son atterrissage lourd étant toujours peu discret. Le pont permettant d'accéder à la Marche était détruit, mais Khalal réussit à le réparer suffisamment pour que le cheval invoqué de Drallia et le cheval... pas invoqué de Lienasem puissent passer, Khalal se déplaçant en étant transformé en oiseau et Celyan montant son griffon.

Le paysage de la Marche. Ravagé par la Légion. L'humaine pas très vivante n'avais pas connu cette région auparavant, mais il lui sembla que les autres furent choqués de voir l'état de la Marche. Ils avaient tout de même suivi la route, et alors que les rempart de la Colline étaient en vue, le ciel recommença à gronder, des lueurs vertes le parcourant. Ils décidèrent d'aller se réfugier à la colline.

Un énorme fracas se fit entendre derrière eux, un imposant amas de pierre gangrenée prit la forme désormais connue d'un infernal. Ils devaient se dépêcher. Le mage monta sur le griffon, derrière Celyan et Drallia sur le dos Sacdos. Khalal usa de sa magie pour que le cheval de Lienasem puisse se mettre en sécurité. Et en effet, le canasson partit comme une flèche. A tire d'aile, ils se dirigèrent vers les remparts. Tenant l'Infernal à distance, ils repérèrent des gangroptères se diriger vers eux à toute vitesse. Les lanceurs de sort eurent du mal à les ralentir, Sacdos faisant une embardée, empêchant la sorcière de parfaire son sort. Seule Kerstin réussit à en geler un en vol.

Puis l'attaque eut lieu, ces créatures sans cervelles s'attaquèrent à son wyrm. Kerstin en empala un sur son épée qui se plaignit du sang vert démoniaque, Drallia en tua un. Le wyrm réussit à en choper un mais malheureusement, lâcha prise. Le démon blessé allait s'écraser sur Khalal en contrebas si le mage ne l'avait pas ralenti, le druide finissant le travail.

L'attaque suivante visa les cavalières du wyrm ainsi que Khalal. Le druide se retrouva entouré de deux gangroptères, il en déchiqueta un proprement mais subit les attaques du deuxième. Celyan, laissant son griffon voler, se retourna et invoqua la lumière qui carbonisa le malotru. Pendant ce temps, un des volatiles s'était accroché à la capuche du chevalier runique et elle fut désarçonnée. Sacdos ne réussit pas à l'attraper mais elle réussit elle à rester accrochée aux rênes. Drallia, elle... comment dire, liquéfia littéralement le gangroptère. En tout cas, la police scientifique de la Légion ne retrouva pas trace du malheureux volatile.

Le ciel étant dégagé, tous foncèrent sur les remparts. Le wyrm, même si les rênes le tiraient vers la droite, continua tout droit, suivant le druide et le griffon. Et pour une fois, il se posa délicatement, permettant  Kerstin de toucher le sol en toute sécurité. Les deux échangèrent un regard entendu.

Mais la sécurité était ici toute relative. La Légion attaquait de partout, la nuit allait être longue.

"- Du sang vert va couler cette nuit, entendit-elle dans sa tête.
- Oui, cet endroit ne doit pas tomber.
- Je suis avec toi, chevalier.
- J'ai pas le choix de toute façon, maugréa l'humaine."

Kerstin savait une chose. Elle n'arrêterait de combattre qu'une fois morte définitivement, ou la Légion repoussée, temporairement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: L'ombre de la Légion   Jeu 1 Sep 2016 - 15:37

Le groupe avait atteint la Colline aux Sentinelles, au cœur de la Marche de l'Ouest, juste avant que les assauts de la Légion Ardente ne redoublent d'intensité. La plupart des civils avaient pu être évacués, mais les démons assaillaient inlassablement les armées de l'Alliance sur place, qui peinaient de plus en plus à contenir l'invasion.

Les jours suivants l'arrivée du groupe furent rudes. Ils étaient mis à contribution presque constamment et les moments de repos étaient rares, souvent troublés par les cors d'alerte signalant une nouvelle vague de démons surgissant des cieux. Lienasem se vidait progressivement de toutes ses réserves de mana, Celyan s'épuisait à soigner autant de blessés que possible entre deux assauts, Khalal avait du mal à conserver son potentiel druidique alors que la Nature avait été ravagée et souillée par la magie gangrénée dans un si large périmètre. Seule Kerstin, la chevalier runique, menait ses combats et ses rondes quotidiennes sans faillir.

Mais le "siège" n'était pas fait pour durer. Au sixième jour après leur débarquement catastrophe, les armées régulières, profitant d'une accalmie des assauts ennemis, organisèrent une contre-attaque dans les bases avancées des démons dans le sud-ouest de la Marche, là d'où, pensait-on, les généraux de la Légion Ardente faisaient avancer leurs pions sur le terrain et gardaient des portails de liaison permettant d'invoquer aisément des renforts cuirassés venus du Néant.

Cette charge d'ampleur rassemblait les bataillons et escouades ordonnés par la rigueur militaire des corps armés réguliers de l'Alliance, auxquels les membres du petit groupe ne pouvaient participer. Ils restèrent donc en arrière, avec un petit contingent de soldats officiels, pour protéger la Colline aux Sentinelles d'éventuels démons infiltrés et attaques à revers.

Ce ne fut cependant pas la visite impromptue d'un démon qui changea leurs plans, mais celle d'un kaldorei au corps meurtri tatoué et aux yeux bandés.

Le chasseur de démon demanda une entrevue avec l'officier le plus gradé, requérant apparemment des renforts pour une zone où il avait senti une recrudescence d'activité vers le nord. Mais les officiers en charge du fort en l'absence du gros des troupes ne pouvaient quitter leur poste sans désobéir aux instructions, et ne pouvaient se séparer des quelques troupes restées sur place.

L'elfe était reparti, le temps était compté. Quand le groupe apprit cette information, ils résolurent d'un commun accord de le rattraper sur le champs. Ils n'avaient pas à répondre aux ordres, ce qui leur laissait la marge de manœuvre, et s'ils pouvaient aider grâce à cette mobilité à assurer la défense de la Colline aux Sentinelles, alors ils le feraient.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


En survolant la route quittant les épaisses murailles en direction du nord, ils ne tardèrent pas à localiser le chasseur de démon dans un campement sommaire, au milieu du désert que constituaient à présent les anciens champs et pâturages abandonnés par les humains et les animaux. Quand il les vit approcher, il était penché sur un acolyte à terre, visiblement durement touché par des blessures sévères. Il désigna au petit groupe la route se poursuivant vers le nord.

- Continuez vers la forêt, vous serez moins exposés.
- Nous ne sommes pas des réfugiés, nous sommes les renforts.


Un bref instant de silence, échange des regards circonspects. Le paria sembla évaluer les personnes disparates devant lui, ce n'était clairement pas ce qu'il espérait en terme de puissance de frappe, mais peut-être leur faible nombre constituerait un atout pour atteindre la cible sans se faire repérer par des éclaireurs de la Légion. De leur côté, Lienasem, Khalal, Celyan et Kerstin l'observaient en retour. On racontait que ces exilés avaient fait leur preuve contre les manigances des démons et que leurs "talents" seraient une grande aide, néanmoins le groupe restait méfiant, notamment Khalal qui ne détacha pas une seconde son regard de son ancien compatriote banni. Finalement, celui-ci répondit :

- Très bien, on fera avec. Il y a quelques heures à peine, j'ai détecté une soudaine surcharge de magie gangrénée dans le nord-ouest de la région. Suivez-moi et allons voir ce que les sbires de la Légion Ardente préparent en douce.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


C'était une mine sans prétention, sans doute encore active avant le début de l'invasion démoniaque. L'entrée était à flanc d'un large relief et c'était là que le groupe, dissimulé à temps, avait vu s'avancer et disparaitre dans les profondeurs un érédar man'ari et ses deux puissants gangregardes. Difficile d'imaginer que ces démons se soient découverts une soudaine passion pour le minage et l'extraction du fer. Leur compagnon semi-aveugle sentait que les énergies gangrénées s'agitaient dans les sous-sols, sans lui permettre de savoir s'ils recelaient une armée de démons ou des portails ou autre chose. Les trois agents démoniaques ne ressortaient pas, et après quelques tergiversations, le groupe décida de les suivre pour glaner de plus amples informations sur leurs activités souterraines : la magie maitrisée par l'érédar pourrait poser soucis, mais ils avaient avec eux une chevalier de la mort résistante pour faire face aux gangregardes et un maître dans l'utilisation du fel pour parer à toute mauvaise surprise. Ils avaient leurs chances.

Le but premier était d'enquêter pour pouvoir établir un bilan. Si la menace était sérieuse, la Colline aux Sentinelles n'aurait pas d'autre choix que d'envoyer des troupes ou au moins se préparer efficacement et prévenir les armées qui continuaient vaillamment à prendre du terrain sur l'ennemi, d'une possible attaque en tenaille sur un autre front.

L'intérieur de la mine était plongé dans l'obscurité. Seuls les deux kaldorei semblaient encore percevoir leur environnement proche, tandis que les autres s'avançaient prudemment à l'aveuglette en tentant de suivre les minces lueurs des lucioles du druide. Le silence était rompu uniquement par leurs pas et le roulis métallique des armures de Celyan et Kerstin. La mine était un labyrinthe et la pression montait en s'enfonçant de plus en plus, prenant un couloir puis un autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalisah Al'Ashmedi



Messages : 49
Age : 35
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: L'ombre de la Légion   Ven 2 Sep 2016 - 18:16

Cassée. Son épée était cassée. Et la tête de Celyan avait failli finir dans le même état. Par chance, la paladin allait s'en sortir d'après le druide. Dès qu'elle avait vu la jeune femme au sol, elle s'était mis entre elle et le démon. Il était hors de question que Celyan tombe au fin fond d'une grotte.

Ils avaient repéré un cristal verdâtre, et Lienasem s'était dirigé vers lui pour l'étudier et apprendre à le détruire. Les autres s'étaient dirigés vers les deux gangregardes et Kerstin ne s'était pas posée de question, elle avait juste obéit à un proverbe barbare qui dit : "Baston". L'Eredar par contre, n'était pas visible.

Elle avait des ordres. Khalal, assez énervé quand même voulut désarmer le démon. Il y arriva, en arrachant le bras tenant l'arme. Et c'est en achevant le démon que son épée s'était brisée. Elle avait déjà dû être fragilisée par les combats passés à la Colline des Sentinelles et dans cette grotte. Traversant la gorge du gangregarde, la pointe avait frappé le sol, et la lame s'était brisée en plusieurs morceaux. En plus du cri strident de son épée, elle avait ressenti une effroyable douleur au plus profond de son corps mort, elle ne put la calmer qu'en criant.

Ebétée, elle avait regardé le restant de son épée dans sa main, et l'avait lâché au sol. Il y avait plus urgent, Celyan était blessée, et tous devaient sortir. Elle avait elle-même soulevé la paladin délicatement pour la poser sur le dos du druide, transformé en ours et ils étaient partis. Kerstin avait suivi le groupe par pur automatisme, l'esprit complètement embrouillé, ne sachant pas quoi penser. Elle était perdue. Pendant plusieurs minutes voire dizaines de minutes, elle avait été dans cet état, essayant de se concentrer. Sur Celyan, pour connaître son état. Et même quand elle est partie patrouiller, sans arme, elle n'était pas dans son état normal. Elle avait eu l'impression qu'une partie d'elle-même avait été tuée, une deuxième fois.

Ce sont les gangroptères qui l'avaient fait revenir à elle. Ils l'avaient repéré, et ils allaient l'attaquer. L'un fut descendu par un sort de magie nécromantique, et l'autre avait eu la bonne idée de s'accrocher à son épaule. Elle lui avait attrapé la jambe et l'avait balancé au sol, sans ménagement. Se recevant mal, le démon s'était cassé le cou et était retourné dans le Néant Distordu. Puis elle était retournée vers Khalal.

Ne voyant toujours Lienasem et le chasseur de démon revenir, elle s'était risquée dans la mine, avait saisi une pioche qui traînait par là et avait tenté de rejoindre le reste du groupe. L'écho de la grotte lui avait renvoyé le cri de l'elfe, un cri de douleur. Elle aurait voulu se dépêcher, aller les rejoindre. Puis la grotte s'était mise à frémir, à trembler. Et ce sont eux finalement qui l'avait rejoint et tous les trois s'étaient mis à courir pour en sortir avant d'être ensevelis. La magie druidique de Khalal avait maintenu l'entrée ouverte. Lienasem s'était occupé seul de l'Eredar, Kerstin se demandait si le mage n'était pas plutôt un archimage.

Et enfin, ils étaient rentrés. Maintenant, Kerstin était dans une pièce, elle écrivait une lettre. Une lettre à Zagethia pour la tenir au courant, de la blessure de Celyan, et du fait qu'elle était désormais hors combat, ne voulant pas trop utiliser son autre épée. Si le groupe de Celyan devait repartir combattre, elle serait incapable de la protéger correctement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: L'ombre de la Légion   Mar 6 Sep 2016 - 13:46

Celyan sortit du bâtiment avec son panier au bras. Le ciel bleu laissait passer le soleil radieux de brefs instants entre les nuages lointains au dessus de Hurlevent. Pourtant l'atmosphère était maussade. La capitale avait perdu un roi respecté et aimé par son peuple. La Légion avait pris de nombreuses vies sur le Rivage brisé mais également dans la Marche, et qui sait combien d'autres encore elle emporterait, car la guerre n'était pas finie. Beaucoup d'habitants avaient perdu un membre de leur famille et cela se ressentait sur le moral général.

La jeune femme déambula le long des canaux pour rejoindre le marché matinal sur la place du quartier commençant. Pour assombrir l'humeur générale, le prix de certaines denrées avait augmenté proportionnellement à la dévastation du "grenier du royaume", car même si les démons avaient battu en retraite, une vaste majorité des champs et autres terrains de pâturage de la Marche de l'Ouest avaient été consumés et demeuraient souillés par les énergies gangrénées qui s'y étaient insinuées, tel une nécrose progressant depuis la surface vers l'intérieur, rongeant la terre en profondeur. Elwynn tentait à présent de compenser seule la production pour nourrir le royaume. Celyan avait fait remonter l'information (voir rapport de mission) et espérait que des druides, peut-être pas kaldorei car ils semblaient déjà fort occupés dans leurs terres de Kalimdor, mais peut-être des petites communautés des environs de druides gilnéens de la moisson, seraient mandés pour jouer un rôle actif dans la régénération de la nature dans la Marche.

La paladin ne s'arrêta pas à la forge sur le chemin du retour, il était encore trop tôt pour que les réparations sur son armure soient finalisées, et les forgerons alentour croulaient tous sous les commandes, pas la peine de les presser davantage. Celyan se laissa aller à ses pensées en remontant les ruelles. Son casque lui avait probablement sauvé la vie. Il avait été fendu à la place de son crâne. Celyan avait dû rester alitée sous observation plusieurs jours après les faits, malgré les soins qui avaient été rapidement administrés, jusqu'à ce qu'on estime que toute inquiétude de lésion post-traumatique fut écartée.

Elle s'en voulait de ne pas avoir été à la hauteur de ses compagnons, de ne pas avoir réagi comme elle aurait dû. Elle aurait dû invoquer la Lumière, dresser un bouclier, elle aurait dû mieux se préparer face aux démons, ne pas foncer dans une stratégie aussi offensive. Elle avait été un poids (presque) mort. Peut-être le fait d'avoir été propulsée sept mois dans le futur l'avait-elle déstabilisé plus qu'elle ne voulait bien l'admettre.

Même si elle n'avait pas eu l'occasion jusqu'à présent d'entendre la version du mage, elle avait cru comprendre qu'il avait apporté une grande aide auprès du paria chasseur de démons dans la mine.

Ce n'est pas la première fois qu'il nous tire d'une situation fâcheuse !

Khalal, à présent écarté de la région imprégnée de corruption démoniaque, lui avait expliqué brièvement ce qu'il s'était passé et avait veillé sur elle, avant de retourner respirer en forêt et tenter de joindre ses compatriotes cénariens via le Rêve. Il n'était pas encore revenu. Pourtant elle était persuadée que ce jour précis n'aurait pas échappé à son infaillible mémoire millénaire. Cependant elle ne pouvait se détacher de cette étrange impression que depuis ce qu'il s'était passé, qu'elle avait franchi ce foutu portail, quelque chose semblait changé. Bien sûr, Lienasem avait laissé entendre que sa disparition soudaine avait rendu l'elfe plus bougon et incontrôlable qu'il ne l'était déjà. Bien sûr, elle-même avait dû mal à écarter de son esprit l'image du félin sectionné, immobile, reprenant forme humanoïde dans la mort, pendant que Khalal l'ensevelissait promptement pour le lui dissimuler.

Pour ne rien améliorer, les semaines s'étaient succédées sous les invasions de la Légion, laissant peu de place pour parler de tout ça, et l'omniprésence démoniaque ne faisait que rendre le druide plus renfermé et sur les nerfs. Celyan devait s'avouer qu'elle n'avait pas non plus cherché particulièrement à crever l'abcès. Elle ressentait un malaise avec lui, comme si l'aura autrefois apaisante qui émanait de lui s'était muée en présence plus inquiétante.

Jusqu'au bout de quelle folie serais-tu prêt à aller ?

En arrivant devant le bâtiment de l'Aube d'Argent, la jeune femme fut tirée de ses pensées à la vue d'une étrange petite créature ailée et poilue grattant le perron de ses griffes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ombre de la Légion   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ombre de la Légion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Légion de l'ombre [Alik et Dar'Lauc] - Partie 2
» [40K] Thunderbolt de la 14ème Légion Pénale
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» Le pretre ombre.
» Spectre des ombre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quintessence :: La vie en Azeroth :: Aventures-
Sauter vers: