Ancien forum de la guilde jeu de rôle Quintessence sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor
 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Havrerive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Havrerive   Ven 8 Jan 2016 - 10:50

Vous ne les avez sans doute jamais vu, ni n'en avez entendu parler, car ils ne sont pas nombreux. Ils se déplacent simplement de région en région, de village en village. Ils s'intéressent aux habitants qu'ils y rencontrent, écoutent leurs requêtes, leurs doutes et tentent d'adoucir leurs maux. Ces prêcheurs pèlerins évoquent face aux villageois un autre choix, une autre possibilité. Un nouveau départ, une nouvelle vie.

Havrerive.

~~~~~~~~~~



Perdue au milieu de l'océan, entre les Royaumes de l'Est et le Maelström, Havrerive est une petite île de deux kilomètres de long. Sa taille dérisoire et sa position isolée à une si grande distance du continent lui donnent l'air d'avoir été suspendue là par une main divine lui épargnant une plongée inéluctable vers les abysses.

Mal connue, ne figurant sur aucune carte maritime actuelle de la Horde ou de l'Alliance, sans appartenance juridique, Havrerive est minuscule et ne présente que peu d'intérêt stratégique militairement parlant. L'île jouit d'une source d'eau potable et d'une terre cultivable, propice à la rendre habitable, mais est entourée de récifs rocheux qui la rendent difficile à aborder.

Récemment, un groupe inconnu, mené par l'imperturbable Monsieur Leizar Barnomeneas, s'y est installé. Rapidement aidé par la magie, un petit village portuaire éponyme s'est installé sur la côte Est de Havrerive. Ces débuts balbutiants ont été la base de l'installation des premiers colons, recrutés par des prêcheurs pèlerins écumant Azeroth.

Malgré sa condition insulaire reculée, Havrerive est, pour ses nouveaux habitants, la promesse d'un avenir meilleur. Bien entendu le premier attrait est le travail, qui ne manque pas pour bâtir la ville et les infrastructures qui s'y développent. Pour tous ceux qui ont perdu leur emploi, qui ont fait faillite à Hurlevent ou ailleurs, et qui ne craignent pas de se retrousser les manches, tout reste à faire. Cela rappelle à certains colons de Lordaeron ou de Kul'Tiras des souvenirs de leurs premières installations de fortune, sur les rivages de Kalimdor, et la satisfaction de construire de leurs mains un nouveau foyer pour leur famille.

Le second attrait est le code de vie instauré par Barnomeneas. Un système égalitaire, basé sur le modèle elfe de la nuit, où le mérite personnel prime et où tout titre ou distinction sociale par le sang est aboli. Les logements ne sont pas vendus mais bien mis à disposition de chaque nouveau colon et un travail est proposé en fonction des aptitudes. Chaque arrivant repart de zéro pour une nouvelle existence, aussi les casiers judiciaires et les actes passés n'ont pas de conséquence sur l'installation d'un nouveau venu et la rédemption tient une place importante dans les sermons que dispensent les prêtres en place publique à ceux qui veulent les écouter.

Il y a, parmi les quelques soixante habitants de Havrerive, d'anciens honnêtes paysans ayant tout perdu dans l'incendie de leur ferme et qui n'avaient rien pour la rebâtir. Il y a d'anciens bandits, dont les têtes sont mises à prix, et qui espèrent trouver ici un autre moyen de payer leurs crimes passés. Il y a des reniées de bonne famille, jetées à la rue pour un écart irréparable et livrées à elles-mêmes. Il y a des expatriés dont les villages ont été détruits par les guerres, les monstres ou les cataclysmes et souhaitent simplement trouver un nouveau foyer. Il y a des vétérans revenus de la guerre, pour trouver une maison vide, et qui veulent simplement donner un autre sens à leur vie.

Afin d'assurer le calme au sein de la ville en construction, les quelques membres de la milice locale sont soigneusement mis à l'épreuve et évalués par Barnomeneas en personne. Cette milice a essentiellement pour rôle de s'assurer que les bonnes intentions et belles paroles de chacun ne retombent pas dans les petits travers de larcins ou autres agressions.

Entre égalité, solidarité et sécurité, il fait véritablement bon vivre à Havrerive.



Dernière édition par Celyan le Lun 11 Jan 2016 - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Havrerive   Dim 10 Jan 2016 - 18:41

On n'avait plus vu Khalal et Celyan depuis les alentours du 20 décembre de l'an 35, à vrai dire depuis le colloque donné à Dalaran par le Salon. Certains pensaient sans doute qu'ils avaient pris des vacances tous les deux. Ce n'était pas tout à fait faux, car ils avaient certes pris le large, mais il ne s'agissait pas de vacances.

En réalité, Celyan avait reçu un courrier d'un soldat de la Croisade d'Argent demandant de l'aide pour retrouver sa soeur. Celle-ci, désespérée après plusieurs échecs cuisants à faire pousser quelque chose de consommable dans une parcelle des Maleterres de l'Ouest sous la protection de la Croisade au cours des dernières années, avait connu une période de flottement et d'abattement durant l'an 35. Après quelques mois d'errance, elle avait fini par suivre un groupe de prêcheurs et de colons tout aussi désabusés qu'elle, en direction de Havrerive. Dans ses lettres, elle assurait à son frère vivre confortablement et être en bonne santé dans une nouvelle ville émergente merveilleuse et pleine de promesses.

Cependant elle avait arrêté d'écrire au mois de décembre, alors même que son frère espérait la retrouver pour célébrer les fêtes de fin d'année avec elle en famille. Plus aucune nouvelle. Engagé à son poste dans le nord des Royaumes de l'Est, il avait envoyé un courrier à l'ambassade de l'Aube d'Argent de Hurlevent pour demander si quelqu'un dans le sud du continent aurait des informations sur Havrerive. Les lettres de sa soeur s'étaient peut-être simplement perdues ou bien elle n'avait pas reçu les siennes, mais il ne pouvait s'empêcher de se méfier, décrivant sa soeur comme naïve et fragile.

Ce n'était donc pas une mission officielle, mais Celyan était l'une des rares membres de la Croisade disponible sur place, elle savait combien les informations circulaient vite à Hurlevent et puis elle voulait donner un coup de main à un collègue inquiet tout simplement.

Après quelques questions à Hurlevent dans les auberges et les places fréquentées, Celyan découvrit surtout que "Havrerive" était un nom totalement inconnu de la majorité, jusqu'à même ne pas figurer sur les cartes du registre civil de l'Hôtel de Ville. Très intriguée, la jeune fille était ensuite allée au port demander aux marins s'ils avaient jamais entendu mentionné ce nom, et il demeurait toujours aussi mystérieux, ne figurant sur aucune voie maritime régulière des navires de commerces.

Après quelques investigations supplémentaires auprès de la population du vieux quartier de Hurlevent, la jeune paladin parvint à apprendre auprès d'un vieux nain que son cousin était parti là-bas et qu'il avait apparemment fait étape à Menethil.

C'est armée de cette seule information et beaucoup de questions que Celyan embarqua Khalal dans ce périple, avec pour but de se rendre à Havrerive, à la recherche de Ophélia Moran, la soeur perdue du soldat de la Croisade.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Havrerive   Lun 11 Jan 2016 - 13:04

Le druide et la paladin eurent de la chance à Menethil. En effet, si la petite ville portuaire était manifestement une plaque tournante de transit pour les voyageurs souhaitant rejoindre Havrerive, il n'y avait qu'une seule traversée tous les quinze jours, assurée par un petit navire transportant passagers et marchandises d'approvisionnement de l'île. Ils arrivèrent justement la veille au soir de l'un des départs.

Khalal et Celyan remarquèrent que, si ces flux de voyageurs et de fournitures avaient attiré l'attention des autorités et habitants de Menethil, ils étaient plutôt bien perçus puisqu'ils faisaient vivre l'économie de la petite ville peu attractive, une peu abandonnée, qui avait du mal à survivre depuis les inondations du Cataclysme. L'aubergiste et les commerçants surtout se réjouissaient de voir circuler ces visiteurs et cargaisons, bénéfiques pour leurs affaires.  

Evidemment les montées à bord étaient contrôlées. Par précaution, Khalal et Celyan préférèrent ne pas mentionner le nom d'Ophélia à ce moment là, craignant que, s'ils annonçaient la raison de leur présence, les éventuelles preuves ou autres indices sur place ne s'évanouissent promptement avant qu'ils n'aient pu faire le tour de Havrerive. Ils choisirent donc de se mêler aux autres voyageurs en se prétendant être eux aussi des colons.

La jeune femme n'eut pas de mal à convaincre les passeurs sur sa misérable condition de réfugiée et la raison de son "nouveau choix de vie", en replongeant dans la détresse qu'elle avait réellement vécu durant les mois suivant la destruction de son foyer, Theramore, et tout ce qu'elle possédait, débarquant à l'époque à Hurlevent, avec uniquement ce qu'elle portait sur elle. Khalal non plus n'eut pas besoin de trop se forcer pour laisser comprendre aux passeurs qu'il était banni des terres ancestrales elfiques pour quelques crimes dont il tut la nature et qu'il préférait à présent vivre loin des siens et de l'Alliance, avec une nouvelle chance.

~~~~~~~~~~


Quand ils atteignirent enfin Havrerive, la ville était baignée par le soleil du matin, éclairant les façades blanches étincelantes. La ville, ou plutôt le village, était constitué de jolies petites maisons de ville accolées les unes aux autres, parfois avec une cour. Certaines maisons possédait un étage, et le rez-de-chaussée servait d'échoppe ou de bar. Au centre du village, une imposante tour blanche dominait le reste des alentours majestueusement. Ils virent des ouvriers sortirent de chez eux et se diriger vers des quartiers dont les bâtiments étaient en cours de construction. D'autres s'en allaient en mer pêcher, d'autres se rendaient au boulanger chercher leur miche de pain frais du jour.

Les nouveaux arrivants furent accueillis à la descente du bateau par trois personnes en armure, la Garde Immaculée, qui les escortèrent jusqu'à la place principale où Barnomeneas en personne adressa un message de bienvenu à Havrerive et rappelant les seules conditions de bonne conduite nécessaire à la vie dans cette communauté, indiquant que des logements seraient mis à la disposition de chacun en fonction des besoins des familles, et concluant qu'il était nécessaire d'aller s'enregistrer et se voir attribuer un métier.

~~~~~~~~~~

Les jours suivants Celyan, qui avait choisi de cacher sa formation de paladin, fut nommée secrétaire comptable aux docks et passa son temps plongée dans des livres de comptes et des registres, avec le plus profond désarroi. Khalal, quant à lui, dût mettre ses compétences druidiques au service du besoin le plus pressant de la communauté : le bâtiment, en devenant apprenti charpentier modelant et ajustant le bois de construction aisément grâce à sa magie. Puis il fut transféré en urgence aux cales sèches pour accélérer les finitions de deux petites navires de pêche.

Se montrant aussi aimables qu'il leur était possible à leur nouveau poste pour faire bonne figure, les deux "réfugiés" mettaient cependant à profit le reste de leur temps, le soir surtout, après la fin de leur journée de travail, pour retrouver Ophélia. Le registre civil leur apprit bientôt l'effroyable nouvelle : Ophélia Moran était décédée le 8 décembre.

Ceci inscrivit le cimetière de Havrerive en première place de leur visite des lieux incontournables de l'île.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Havrerive   Mar 12 Jan 2016 - 15:28


- Khalal, juste ici, regarde.

La jeune humaine point du doigt une pierre tombale banale parmi les quelques autres. Havrerive n'étant pas habitée depuis très longtemps, l'île n'avait pas encore un cimetière garni de plusieurs générations d'ancêtres. Sept petites tombes très sobres étaient alignées et garnies de quelques fleurs sauvages cueillis dans les landes alentours, près d'un sentier de terre menant à l'extérieur du village.

Ophélia Moran
15.03.7 - 8-12-35

Le druide et la paladin se rejoignent devant la stèle, la contemplant un instant. Celyan finit par rompre le silence.

- J'ai interrogé les voisins. Ils disent que c'était une jeune femme de nature douce et réservée. Timide, elle se rendait disponible quand on lui demandait, mais restait plutôt seule. Apparemment c'est une maladie qui l'a emportée. Elle souffrait de maux de têtes et d'une intense fatigue et faiblesse, jusqu'à ne plus pouvoir se lever de son lit.
- Une maladie pas contagieuse alors. Il ne semble pas y avoir eu d'épidémie sur l'île.
- Ou alors personne ne s'est trop approchée d'elle, qui sait. Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés. Les gens sont venus ici enterrer leur passé et repartir de zéro, ne pas se mêler des affaires des autres c'est une bonne base pour ne pas s'attirer de nouveaux problèmes.


Il n'y a rien d'anormal dans ce cimetière, du moins elle ne ressent rien de bizarre.

- Celyan, je dois te demander quelque chose mais c'est un peu délicat...
- Je t'écoute.
- M'autorises-tu à ... regarder sous terre pour vérifier le cercueil ? Je sais que ce n'est pas très éthiquement correct, mais je dois être sûr qu'elle est bien ici.
- Ce n'est pas à moi qu'il faut demander ça, adresse tes suppliques et excuses à l'esprit d'Ophélia, que la Lumière l'accompagne.


La rouquine s'éloigne pour ne pas être "complice" de l'exhumation du corps, bien qu'en réalité, elle se charge de faire le guet sur le sentier. Pas la peine que leurs nouveaux voisins et collègues découvrent Khalal en train de déterrer des cadavres...

Le Kaldorei se concentre et laisse la magie druidique l'envahir, s'harmonisant avec la nature alentour, communiant avec elle. C'est bien ce qu'il pensait, il y a quelque chose d'étrange. La terre fourmille d'herbes, de graines, de minéraux, d'eau de pluie, de vers de terre... de vie tout simplement. Mais il ne décèle aucune aura ou sensation de chair en décomposition, de putréfaction qui pour lui est naturelle et nécessaire au cycle de toute vie.

Faisant appel aux racines des arbres proches, l'elfe fait remonter le cercueil à travers la terre meuble à l'aide de sarments solides. Bientôt entre lui et la pierre tombale, la terre s'agite, prise de remous comme une mer malmenée par le vent, et bientôt, des tréfonds de la parcelle, s'extirpe un cercueil de bois poli et vernis modestement. Les planches craquent légèrement quand Khalal l'ouvre avec l'appréhension de ce qu'il va y voir.

Des sacs de sables.

Quelqu'un s'est donné beaucoup de mal pour simuler tout ça. Un petit tour chez l'embaumeur ne sera pas inutile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Havrerive   Mar 12 Jan 2016 - 15:54

- Ces deux là ne sont pas à Havrerive pour la même raison que les autres derniers arrivés. Ils observent, ils questionnent, ils fouinent.
- Ils sont là pour Ophélia Moran, ils enquêtent comme des espions, et ils ont posé des questions à ses anciens voisins.
- Ils ne sont pas dangereux, pour elle et pour nous, pour l'instant. Ils sont simplement gênants pour nos affaires à long terme. Ils piochent au hasard et si on leur laisse du temps, ils vont finir par trouver la pépite qu'ils cherchent.
- Devrait-on s'en occuper dès maintenant dans ce cas ?
- Il faut les éloigner d'ici. Diplomatiquement. S'ils venaient à disparaitre durant leur séjour, cela attirerait d'autant plus l'attention sur Havrerive. Ce ne sont que des éclaireurs, s'ils ne donnent plus de nouvelles, d'autres reviendront pour les chercher et nous seront d'autant plus en danger. Patientez et observez. Jusqu'à ce qu'une opportunité se profile et que nous ayons une raison pour les congédier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Havrerive   Mer 13 Jan 2016 - 12:38


- Ça aurait pu être pire.

La paladin et le druide observaient l'horizon, accoudés à la rambarde de bois du navire filant vers l'Est. Les deux miliciens de la Garde Immaculée qui étaient chargés de les escorter jusqu'à la terre ferme étaient installés de l'autre côté, ne les quittant pas des yeux.

Khalal et Celyan échangèrent un regard, suivi d'un long soupire. Ils avaient passé les derniers jours de leur séjour à Havrerive en geôles pour effraction dans la propriété d'autrui. La ville offrait une seconde chance aux criminels venant s'y installer, mais il fallait se tenir à ses nouvelles résolutions pour espérer rester y vivre. Fort heureusement le fait qu'ils n'aient rien volé, ni dégradé leur avait évité de pires ennuis. Néanmoins ils avaient "trompé" la confiance de Havrerive et ses habitants, ce qui leur valait un renvoi immédiat sur le continent avec interdiction de remettre un orteil sur l'îlot.

Ils auraient fait autrement s'ils avaient pu, mais poser des questions n'apportaient aucune réponse concrète depuis leur arrivée, concernant le sort de Ophélia. Bien entendu ils avaient évité de mentionner le fait que Khalal avait fouillé le cimetière, mais l'elfe avait visité l'apothicaire qui, de par ces connaissances et la taille réduite du village, avait officié en tant que thanatopracteur et croque-mort pour les quelques cas de décès. Décès qui étaient par ailleurs liés à des accidents de chantier, noyade ou maladies, puisque personne n'avait encore vécu assez vieux ici pour s'endormir de sa belle mort.

L'apothicaire n'avait, bien entendu, rien noté d'anormal concernant Mademoiselle Moran. Khalal songeait que certaines potions pouvaient plonger dans un état proche de la mort durant plusieurs heures si on n'y regardait pas trop près et que l'apothicaire disposait probablement de tous les composants nécessaires pour les préparer.

Ils commençaient à épuiser leurs possibles pistes à explorer, ayant déjà visiter l'Hôtel de ville, les voisins d'Ophélia, son lieu de travail près des champs... Alors, ne parvenant pas à obtenir des informations pertinentes autrement, Celyan et lui décidèrent d'aller faire un tour, de nuit, en son absence, dans la boutique de l'alchimiste. Khalal était entré, sous forme de corbeau, par la cheminée, avait ouvert une fenêtre à Celyan, et le tour était joué. Globalement leur entrée avait été parfaite... leur sortie un peu moins.

Ils s'étaient fait prendre et cela signait la fin de leur "enquête" sur l'île. Ils n'avaient pas appris grand chose et Celyan ne savait qu'écrire vraiment au frère de Ophélia : déclarée morte, mais on sait pas ?

En l'absence de mobile, en l'absence de preuve d'empoisonnement ou de nécromancie, en l'absence de suspect précis... il était difficile de tirer réellement des conclusions. Il se passait quelque chose de pas normal, ça c'était sûr, mais quoi exactement ?
C'est avec un goût d'inachevé et de frustration que le druide et la paladin rentrèrent dans les Royaumes de l'Est.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Havrerive   

Revenir en haut Aller en bas
 
Havrerive
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quintessence :: La vie en Azeroth :: Aventures-
Sauter vers: