Ancien forum de la guilde jeu de rôle Quintessence sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor
 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragments de passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Fragments de passé   Jeu 16 Avr 2015 - 15:13

Le lendemain soir, Amandile ayant suffisamment repris des forces grâce à la magie curative de Celyan (ou en tout cas si elle souffrait encore n'en montrant rien), elle proposa de ne pas attendre plus et de débuter immédiatement les recherches sur la vérité. Cette vérité qui, à ses yeux, permettrait de faire toute la lumière sur les accusations prononcées contre son mentor, Kairozdormu. Si elle n'avait pas pris le risque plus d'un mois en arrière de recouvrir à l'aide de ces inconnus venus poser des questions au vol draconique de Bronze, rien de tout cela ne se serait produit. Mais elle avait pris ce risque et ils l'avaient écouté, et aidé. Et à présent enfin, enfin ! le temps des réponses était venu.


La Clé-Horloge d'Amandile

Depuis le processus d'activation de la veille, l'étrange instrument en forme d'engrenage s'était auréolé d'une aura dorée, et les aiguilles vibraient d'une puissance nouvelle. Pendant qu'Amandile faisait jouer ses doigts le long de sa création, Khalal lui posa quelques questions sur ce qu'elle ferait d'un tel objet après avoir obtenu les réponses que chacun d'eux cherchait. Un objet formidable certes, mais aussi dangereux. Le druide ne voulut pas paraitre menaçant ou méfiant, car il souhaitait surtout lire dans le regard de la jeune humaine aux cheveux châtains quelles pouvaient être ses intentions et la sincérité de ses paroles. Elle lui rendit un regard franc en précisant les choses. Les recherches de TOUS les Marcheurs, ayant abouties à son "Horloge temporelle" avaient débuté et avaient été menées par et pour le vol de Bronze ; ce serait donc à eux que l'artefact reviendrait au bout du compte... si ce vol était toujours digne de confiance. Khalal acquiesça.

Avant tout, Khalal demanda à voir ce qui s'était passé sur la célèbre Île du Temps figé au moment où les marcheurs y avaient été envoyés. Parvenir à régler son Horloge temporelle sur un lieu et une période qui lui étaient familiers était somme toute assez aisé pour la Marcheuse qui synchronisa et stabilisa l'artefact tandis que les aiguilles se déplaçaient dans une configuration précise. Rapidement au dessus du cœur de l'Horloge tendue devant Amandile, une sorte d'espace aux contours flous se distingua, prenant de plus en plus consistance jusqu'à devenir une véritable fenêtre ouverte sur le temps. Celle-ci différait d'un portail temporel puisqu'elle ne présentait aucun risque d'altérer le cours de l'Histoire, car les images et les sons ne parvenaient que dans un seul sens.

Alors que le feu de camp près d'eux s'essouflait en quelques braises, les yeux s'écarquillèrent tandis qu'apparaissait devant eux l'image d'un décors florissant et verdoyant rappelant la Forêt de Jade.

*****

L'Île du Temps figé...

Un haut-elfe mince apparait, exhibant toutes les caractéristiques de sa race, avec des traits élégants et acérés, de longs cheveux blonds flottants et une petite barbe artistiquement peignée au menton. Il se tient devant un groupe de personnes de différentes races, arborant toutes un tabard brun orné du symbole de l'infini brodé de fils dorés.


<screen à venir de Kairoz>

Les échos inaudibles de sa voix parviennent progressivement à Amandile, Khalal et Celyan tandis que la Marcheuse ajuste et tisse les fragments du Temps entre eux.

" - ... -dement diminué, nous n’apercevons plus que quelques bribes furtives à travers le temps. C’est… extrêmement frustrant. Mais nous ne sommes pas entièrement démunis. Cette île particulière pourrait être notre salut car elle traverse très rapidement de nombreux plans temporels qui permet la cristallisation de Pierre d'Epoque dont nous devons étudier les propriétés. Grâce à l'aide de toutes les races qui s'impliquent dans ce grand projet, grâce à vous Marcheurs du Temps, nous avons l'opportunité acquérir de nouvelles connaissances et de nous prémunir contre ceux qui menace le cours de l'Histoire. "

Tandis qu'Amandile semble respirer mieux à la vue du Kairozdormu audacieux et captivant qu'elle a connu, Khalal et Celyan découvrent pour la première fois la forme elfique du dragon de Bronze dont à tant parler la Marcheuse. Dans le petit groupe qui lui fait face, ils aperçoivent même une Amandile sérieuse et admirative qui semble déterminée à aider de son mieux.

" - Peux-tu parcourir rapidement les quelques semaines passées là-bas pour trouver les personnes que Kairoz a pu y rencontrer ? "

Hochant la tête, Amandile s'atèle à la tâche. L'image en suspension devient un mélange de couleurs floues pendant que les aiguilles de l'Horloge temporelle tourbillonnent à grande vitesse.

Une scène revient souvent, sans doute répétée à plusieurs reprises durant le séjour, difficile de dire. Elle montre trois personnes en grande conversation : Kairozdormu et deux jeunes humains. L'un n'est autre que le Prince d'Hurlevent, Anduin Wrynn, tandis que le second a la peau bronzée, arbore un turban exotique et des iris rougeoyants, affichant une présence forte et des sourires malicieux, doublée d'une aura dominante.


A sa vue, Celyan fronce les sourcils en plissant les yeux, et seuls deux mots franchissent les lèvres du druide dans un grondement sourd.

" - Dragon noir. "

Puis l'Horloge du Temps passe à un lieu à l'écart, où Kairoz s'adresse à une personne, sans doute un mercenaire, au visage camouflé.

" - Je n’ai pas été totalement honnête avec vous, malgré tout ce que vous avez fait pour aider les Marcheurs du temps. Je ne peux pas encore tout vous dire, mais sachez ceci : il y a un traître parmi nous. J’ai une affinité particulière avec les moments précis, plutôt que pour les longues chaînes d’événements, aussi j'ignore de qui il s'agit. Les recherches menées et l'artefact ne doivent pas tomber entre de mauvaises mains. Nous devons nous montrer très prudents. Faites attention pendant que vous continuez à collecter des Pierres d'Epoque. Il ne m'en faut plus beaucoup pour achever la Vision, je pense nous serons amenés à recourir à son pouvoir dans un futur proche. Je sais que je vous demande beaucoup mais j'ignore en qui d'autre avoir confiance.


Amandile tente alors de trouver un autre moment où Kairoz et le mercenaire masqué se rencontrent de nouveau. Elle trouve un instant où ils apparaissent à nouveau, devant une table. Voyant ce qui est posé devant eux, la Marcheuse précise :

" - C'est l'objet créé par Kairozdormu à partir des recherches menées sur l'Île. Il l'a nommé la Vision du Temps. "

L'image qui apparait tandis qu'elle manipule son Horloge révèle un sablier de belle taille, posé sur une table, et surmonté à ses extrémités de deux sculptures d'airain représentant des dragons enroulés sur eux-mêmes, menton posé sur la queue. Les grains contenus à l'intérieur, faiblement luminescents, semblent de jamais finir de s'écouler dans l'ampoule du bas. Kairozdormu appose sa paume au sommet de la Vision dont les grains s'activent dans un frémissement. Une fenêtre temporelle, bien plus large que celle produite par l'Horloge d'Amandile, s'ouvre alors face aux deux personnes.


Le Kairoz qui est témoin de cette image fournie par la Vision, de même qu'Amandile, Khalal et Celyan qui observent indirectement également, écarquillent les yeux en découvrant la scène d'un dragon de Bronze tombant au sol dans sa mort, tandis qu'une personne semblant être nulle autre que Kairoz lui-même, se tient non loin de lui sans bouger. Le druide fronce les sourcils :

" - Qu'est-ce que ça signifie ? "

Interloqué, Kairozdormu se retrouve ensuite face au regard devenu soupçonneux du mercenaire, et répond à la question de Khalal involontairement en cherchant à se justifier à son acolyte masqué, autant qu'à comprendre lui-même :

" - Ce... Nous ne savons pas ce que cela signifie, ce qui va réellement se produire. Ni même si cette vision se déroule dans notre voie temporelle. Comme des Pierres d'Epoque de cette île ont servi de catalyseur de base à la Vision, il se peut qu'elle montre des trames temporelles différentes de la nôtre !


Dans le présent, les mains d'Amandile sont plus tremblotantes, ignorant quoi penser de ce dont ils viennent d'être témoins.

" - Kairoz a raison, c'est la seule explication possible. D'abord, pourquoi s'en serait-il pris à un membre de son propre vol ? Ou alors... ou alors son avenir l'a amené à découvrir le véritable traitre au sein du Vol et il aura tenté de l'arrêter dans un combat. Oui ! Ca correspond très bien à ce que ferait Kairoz pour protéger le vol de Bronze !

Devant les airs septiques du druide et de la paladin, Amandile se rembrunit, dépitée. Mais comme Celyan et Khalal s'efforcent de la rassurer pour ne pas la braquer, ils lui font comprendre qu'à ce stade ils n'excluent aucune hypothèse, les éléments vus étant trop maigres pour se prononcer sur l'implication et le rôle que Kairoz ait pu avoir.

" - Amandile... il faut continuer à chercher la vérité. Qu'est devenu Kairoz à la suite de ça ?
- Au bout d'un moment il a quitté l'Île avec le fruit de ses recherches. Les autres marcheurs et moi sommes restés sur place pour continuer d'étudier cette région étrange.
- Il y a des informations comme quoi... comme quoi c'est un dragon qui aurait contribué à l'évasion de Garrosh Hurlenfer. Amandile, c'est là qu'il faut chercher à présent. Peux-tu nous montrer ce qu'il s'est passé ce jour là, le jour du procès de l'ex-Chef de Guerre de la Horde ? "






<à suivre>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Fragments de passé   Ven 17 Avr 2015 - 16:31

Amandile reprend son œuvre avec l'Horloge temporelle, avertissant Khalal et Celyan que cela va être un peu plus long car elle doit trouver à travers les rouages du temps, une date dont ils n'ont pas exactement connaissance et à un lieu précis où qu'Amandile n'a jamais vu. La Marcheuse laisse réagir l'artefact entre ses mains à chacune des impulsions arcaniques qu'elle exécute, la fenêtre se brouillant d'images diverses tandis qu'elle cherche à tisser les bribes du Temps.

Après des longues minutes elle parvient enfin à son but. Au dessus des aiguilles qui ralentissent leur course pour se stabiliser dans une configuration donnée, l'image d'abord indistincte d'une personne se clarifie soudainement en un orc à la peau brune.


*****


Le temple du Tigre Blanc...

Un pandaren affichant les couleurs rouges et noirs caractéristiques des moines pandashan, assis derrière le pupitre d'une estrade placé au centre de la plus vaste salle du temple, prend la parole en posant son regard sur l'accusé :

" - Garrosh Hurlenfer, vous avez été jugé par une cour officielle soumise à la loi pandarène. Avant que les jurés n'entament leurs délibérations, souhaitez-vous faire une déclaration, que ce soit à eux, à moi ou à l'assistance. "

C'est la première fois que Celyan voit Garrosh Hurlenfer. L'ex-Chef de guerre de la Horde arbore de grands tatouages noirs, sous une tunique de lin simple, trop petite pour son épaisse musculature et ses larges épaules. Solidement menotté, Garrosh scrute la foule comme s'il la découvrait à peine. Il fait face au juge pandaren et on devine sur le reste de la fenêtre temporelle, la présence de tous les chefs de l'Alliance et de la Horde dans l'assistance, en plus d'une grande foule de représentants divers et sans doute de témoins. Au centre de l'espace une table accueille la Vision du Temps. Assis derrière le pandaren qui s'adresse à l'accusé, quatre jurés écoutent avec intérêt : un elfe de sang svelte et à l'ossature délicate, paré de longues mèches d'un écarlate flamboyant, un elfe de la nuit aux cheveux et à la peau striés de noir, un yaungol à la crinière immaculée et aux yeux azur brillants et une enfant pandarène au regard magenta.


Devant Amandile qui se concentre plus fortement que précédemment pour garder lier ensemble la temporalité de cette scène, Khalal se penche vers Celyan pour lui souffler tout bas :

" - Tu reconnais les quatre Astres Vénérables, Celyan ? Je viens de comprendre que Nizuao est sous la forme d'un yaungol.
- Ah !? Ce sont eux ? Mais... alors en fait ils peuvent transformer leur apparence comme les dragons ?
- On dirait bien. "


Esquissant un sourire le druide reporte rapidement son attention sur l'orc de la fenêtre temporelle et signale à Amandile d'orienter légèrement leur vue sur Garrosh. Ils perçoivent ainsi la présence aux côtés de l'accusé de Baine Sabots-de-Sang... et de Kairoz. L'ex-Chef de guerre répond d'une voix forte se répercutant sans peine dans toute l'assemblée.

" - Oui, j'ai quelque chose à dire. J'ai vu et entendu la même chose que vous, les mots, les scènes. C'est un dossier accablant contre moi, totalement irréfutable, qui a dû remplir la plupart d'entre vous de colère et d'envies de vengeance. De mort. Je ne peux vous reprocher de la souhaiter, de l'espérer. "

Levant ses mains menottées vers l'assistance il poursuit :

" - Oh oui, je sais très bien quelle quantité de sang j'ai sur les mains. J'ai parfaitement conscience de l'importance et des conséquences de mes actes. Et à présent, en cet instant, alors que je suis libre de vider mon cœur et mon esprit, je peux vous dire la vérité : je regrette... Absolument rien ! "

Tandis que son rire grave se répand dans la salle, Amandile, Khalal et Celyan fronçant légèrement les sourcils sont témoins du raffut provoqué par les vociférations scandalisées d'un public hors de lui. Dominant les hurlements enragés des gens présents, l'orc continue, n'en ayant visiblement pas encore fini.

" - Oui ! OUI !! Je détruirais mille Theramore si cela mettait l'Alliance à genoux ! Je chasserais chaque elfe de la nuit qui défigure ce monde de ses miaulements !


Sur la plage tranquille de Tanaris, Celyan, bouleversée par les propos aussi fielleux, sent une boule se former dans sa gorge à l'évocation de Theramore. Et l'orc continue de hurler en souriant férocement devant le tumulte que ses mots provoquent.

" - Je bannirais CHAQUE troll, CHAQUE tauren ! J'annihilerais TOUTES les races qui ne sont pas dignes de la VRAIE Horde si c'était en mon pouvoir.. et ça l'a presque été. Les seules "atrocités" que je regrette sont celles que je n'ai pas accomplies ! RIEN ! Rien sur Azeroth ne peut m'arrêter !

Toute la foule aveuglée par l'envie de sang, chacun levé pour crier sa haine et son envie de le tuer soi-même. Un chaos convulsif général... sauf pour Kairoz, demeurée assis derrière sa table, un mince sourire  aux lèvres. Sur la plage Khalal perd la trace du dragon de l'œil une demi seconde parmi la foule agitée, puis le voit réapparaitre près de la table centrale, sans que personne ne se soucie apparemment de lui. Le haut-elfe blond tend une main languide et élégante et, sans cesser de scruter Garrosh qui vocifère toujours, inflige une légère poussé à la Vision devant lui. L'objet bascule vers le dallage dans le tumulte général, le sable à l'intérieur luisant plus fortement, et finit sa chute en s'écrasant avec un bruit à la fois discordant et musical, explosant en des milliers de particules.  


Le son est si strident que le druide se prend les oreilles sensibles entre les mains, et Amandile ne peut tenir la concentration nécessaire à la manipulation de son Horloge. Alors que la fenêtre se brouille, Celyan parvient à voir au travers, le déchainement d'une tempête d'énergie tourbillonnante tandis que les hurlements furieux de la foule se changent en cris terrifiés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Fragments de passé   Mar 21 Avr 2015 - 14:49

Amandile avait usé de beaucoup d'énergie canalisée à travers son artefact pour montrer ces fragments de passé. Le choc de l'image de Kairoz renversant la Vision pour provoquer une catastrophe avait achevé de lui ôter toute envie de poursuivre. Celyan l'avait suivi du regard et l'avait vu s'asseoir au bord de l'eau, telle un pantin sans vie, laissant couler sur ses joues des larmes silencieuses, les lèvres tremblantes, le regard perdu dans les vagues qu'elle ne voyait sans doute pas.

Compatissant, Khalal avait néanmoins attendu que la Marcheuse s'endorme d'épuisement pour faire agir une magie apaisante à travers les Rêves de la jeune humaine, afin que son sommeil ne soit pas troublé.

Les jours suivants, Khalal et Celyan avaient discuté de ce qu'ils avaient vu. Tout venait bel et bien d'un dragon de Bronze, même si ses intentions leur restaient obscures. Qu'avait-il voulu accomplir en libérant Garrosh ? Quel pouvait bien être le rôle des orcs de Draenor dans son plan ? Et pourquoi le vol de Bronze ne réagissait-il pas pour corriger le tir ?

Au cours de leur discussion, le sujet de l'influence d'un dragon noir survivant était bien entendu la raison principale avancée pour justifier que le Kairoz qui était apparu comme déterminé à aider son vol dans les premières visions montrées, était ensuite devenu un ennemi d'Azeroth en sauvant l'ex-Chaf de Guerre et reliant deux mondes parallèles entre eux, menant à une invasion, qui fort heureusement avait été repoussée.

Ce n'est qu'au surlendemain, qu'Amandile sortit de sa torpeur morne. Elle voulait plus d'informations, et se sentait capable d'aller les chercher.

Très vite elle fut capable de réajuster son Horloge sur la date du procès qui se révéla terminer dans un chaos immense, avec une faille temporelle gigantesque ouverte sur le sol du Temple du Tigre Blanc. Ils virent les dirigeants d'Azeroth combattre contre leurs "doubles" surgis d'autres mondes aux intentions plus retorses et haineuses. Cette observation renforça l'idée que la Vision du Temps n'avait pas qu'un pouvoir temporel mais dimensionnel et dès lors Amandile relia cette information à ce que Kairoz avait vu en l'utilisant sur l'Île du Temps figé : la représentation par la Vision de la mort du dragon de Bronze en présence de Kairoz s'était peut-être bien déroulée dans une autre voie temporelle, pas par le Kairoz qu'elle connaissait, mais par un double dans une autre monde.


Néanmoins, au vu de l'implication incontestable de Kairoz dans toute l'affaire, Celyan voulait des informations permettant de s'assurer que ce dragon là était un cas isolé et qu'il n'avait pas d'autres complices à l'intérieur du vol de Bronze. Elle demanda donc à Amandile de trouver un instant du Temps où Kairoz interagissait avec l'un des siens. Suivant les manipulations de chronomancie d'Amandile, l'Horloge-clé vibra et le décors qui se révéla semblait être le même que celui du procès.

*****

La vaste salle du temple du Tigre Blanc est désertée à une heure tardive de la soirée. Tandis que les contours se forment, on distingue Kairoz occupé près de la table qui soutient la Vision du Temps.

" - Kairozdormu ? Tu es encore là ? Le Défenseur n'a pas encore fini de préparer ses preuves ? "

Traversant un large corridor, une petite gnome aux cheveux blonds argentés et à l'aura forte le rejoint, habillée d'une tenue tout de blanc et de dorée.

" - Je termine les préparatifs pour le plaidoyer que Baine prépare pour demain.  
- Ton instrument se montre très utile, il était important de montrer les faits tels qu'ils se sont passés, sans déformation ni dissimulation des témoins. Ce procès ne vise pas à remettre en cause la culpabilité de l'accusé, mais à lui réserver un jugement équitable afin de ne pas en faire un martyr sur qui les opposants pourraient s'appuyer pour relancer la discorde et justifier une vengeance qui ne conduirait qu'à plus de sang.
- Oui tu as raison, grâce à nous Azeroth aura sans doute un avenir meilleur, Chronormu. Nous continuons de remplir notre rôle.
"

Kairoz laisse glisser ses doigts le long du cristal de l'ampoule du bas de la Vision qui émet une légère pulsation. L'observant faire, la gnome répond ensuite avec intensité :

" - Bien évidemment, qui peut juger ce qui est meilleur ? "



<en cours>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyan

avatar

Messages : 633
Localisation : Pandarie
Humeur : Sereine

MessageSujet: Re: Fragments de passé   Mar 21 Avr 2015 - 15:18

Quelques jours plus tard...


Amandile était parvenue à garder toute sa tête, en dépit de nombreuses larmes écoulées après leurs séances d'observation du passé. Elle avait remercié les voyageurs pour leur aide, consciente que sans eux, elle n'aurait sans doute jamais obtenu les Sables du Temps et serait restée ignorante des faits. Elle était assez forte pour préférer connaitre une vérité difficile, plutôt que rester une ignorante. Elle quitta le campement en direction des Grottes du Temps un matin, mais quelque chose dans son regard laissait pensé qu'elle poursuivrait l'œuvre initiale de Kairoz et des Marcheurs du Temps pour surveillait les actes délétères à l'encontre de la stabilité de la trame temporelle... avec ou sans aide. Celyan ne la retint pas.

Et après tout, quel pouvait être exactement le rationnel de ce dont ils avaient été témoins ? Le changement de comportement entre le Kairoz qu'Amandile avait rencontré et le Kairoz présent au procès de Hurlenfer étaient si différents qu'on aurait dit deux personnes différentes. Il pouvait avoir été un très bon acteur évidemment. Mais le dragon noir avait également joué un rôle prépondérant à n'en pas douter.

Et puis une idée folle : et si le Kairoz du procès n'était effectivement pas le même que celui qui avait fondé les Marcheurs du Temps ? Après tout la Vision pouvait permettre d'accéder à d'autres réalités alternatives. Et il pouvait exister deux exemplaires d'une même personne provenant de mondes différents comme l'avaient prouvé les combats lors du procès. Dès lors est-ce que la représentation d'un dragon de Bronze mourant aux côtés de Kairoz... ne montrait en réalité pas deux Kairoz ? L'un éliminant l'autre pour prendre sa place dans son monde ?
Certainement cela expliquerait parfaitement son changement brutal et total de personnalité et d'objectif.


Au delà de ça, ce qu'ils avaient vu et entendu à travers la dernière fenêtre temporelle tissée par Amandile avait été un choc. Essentiellement pour le druide. Les vols draconiques avaient perdu leur pouvoir et leur impact sur les matières qu'ils protégeaient autrefois. Chaque dragon était maintenant libre de faire ses propres choix et mener sa propre vie, libéré de l'antique charge qui les conduisait à n'exister et ne se dévouer qu'à un unique but. Ils avaient perdu une part puissante d'eux-mêmes qui sans doute leur donnait un sentiment désagréable de vulnérabilité, de plus ils avaient perdu leur longévité éternelle... mais en contrepartie, ils avaient gagné leur libre-arbitre. Cela correspondait au fait qu'aucun envoyé officiel du vol de Bronze n'ait été dépêché dans les Terres Foudroyées au moment où le Portail des Ténèbres avait été connecté à un monde parallèle d'une autre époque. Il n'y aurait plus jamais de délégation officielle des vols.

Celyan en fut moins affectée que Khalal, après tout... n'était-ce pas la raison pour laquelle elle œuvrait si ardemment à rassembler les peuples désunis d'Azeroth ? Plus personne ne viendrait à leur secours pour les aider à présent, la défense de ce monde relevait entièrement de chacun de ses habitants. Cette charge était désormais la leur. Les dragons ne faisaient que se retirer, affaiblis, tels des parents qui laissent la place à une nouvelle génération prometteuse. La rouquine tenta de rassurer le kaldorei, qui avait partagé cette charge millénaire de protection dans le Rêve auprès du vol Vert. Les dragons d'Ysera n'allaient sans doute pas se retirer tous. Certains, comme Kairozdormu l'avait fait, tenteraient certainement d'enseigner leur savoir aux autres races durant le reste de leur vie pour passer le flambeau. Mais ils le feraient maintenant de leur propre initiative et non par accomplissement d'un ordre suprême donné par les Aspects et donc indirectement par les Titans.

Cela n'avait fait que convaincre un peu plus la paladin de l'importance de surveiller l'évolution des différentes menaces possibles planant sur Azeroth et de l'importance de transmission d'informations entre tous les peuples.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalal

avatar

Messages : 548

MessageSujet: Re: Fragments de passé   Mar 21 Avr 2015 - 15:26

La dernière vision fut pour le druide la plus dure à affronter. Il assista à la discussion entre les différents Aspects, en profitant par la même occasion pour les montrer à Celyan, plus particulièrement Ysera.

Les entendre parler de la perte d’une grande partie de leur pouvoir, de leurs rôle ne fut pas une surprise pour lui, depuis la chute d’Aile de mort il savait que la puissance des dragons avait décliné, la preuve la plus récente avec l’affaire de Kairoz ne faisant que le confirmer.
Par contre ce fut la suite qui le prit de cours. Nozdormu proclamant qu’il n’avait plus à se soucier des affaires des jeunes races et qu’elles devraient maintenant assumé les charges qui avaient été les leurs pendant des temps immémoriaux. Après un silence, autant dans la vision qu’à l’extérieur, Ysera décréta elle aussi que la protection du Rêve reviendrait aux druides, Alexstrasza se joignit aussi à cet accord, le seul qui fut plus réticent fut Kalecgos, le nouvel Aspect du vol bleu.

Khalal resta sans voix. De sa longue vie, dont une majeure partie s'était déroulée dans le Rêve aux côté des dragons verts, il n’aurait jamais imaginé ça. Pour lui les dragons avaient toujours été là pour Azeroth. Et les kaldorei étaient là pour leur venir en aide, en tant que soutien, la plus grande preuve fut leur dévotion illimité et les sacrifices que cela pouvait représenter, lorsque le vol Vert sollicita leur aide dans le Rêve. Non, comment aurait-il pu envisager ça !?

Une main se pose sur sa cuisse, il ne s’est pas rendu compte qu’Amandile s’est éloignée du camp en direction de la plage en silence et que Celyan est à ses côtés. Plongé dans ses pensées il n’a fait attention à rien.

Pourquoi ? Pourquoi se désintéressent-ils du monde, du Rêve pour Ysera…

- Khalal… ?
Il pose finalement son regard sur Celyan, qui se doute que la vision, la discussion entre les aspects vient de le marquer.
- Pourquoi j’ai cette sensation d’abandon, de trahison… ?

Celyan lui offre un sourire qui se veut réconfortant, restant près lui.

- Parce que tu penses qu'ils se détournent. Mais ils ne se détournent pas Khalal. Toi qui a perdu l'immortalité, tu peux comprendre leur désarrois récent. Ce qu'ils ont perdu... c'est plus qu'une partie des pouvoirs qui leur avait été conférés. C'est une partie d'eux-mêmes qui disparait subitement. Ils doivent l'accepter, mais ça ne se fait pas facilement. Et puis maintenant qu'ils vont vieillir peu à peu, ils ne pourront plus être là tout le temps à surveiller. Ils faut qu'ils se forcent comme ils le font à passer le relai, à compter réellement sur l'impact des autres races.
- Mais ils pourraient très bien continuer de le faire à nos côtés !
- Ils n’y sont plus obligés. Je trouve ça bien. Ils sont libres. Ceux qui le feront, le feront de leur propre volonté et non pas parce qu'un fardeau antique pèse sur leur existence. Ce ne sera plus une charge pour eux Khalal. Sans doute certains dragons verts dédieront le reste de leurs jours à transmettre leurs connaissances et savoirs aux druides. Comme des parents qui laissent leur savoir aux nouvelles générations. Peut-être... peut-être comme Kairoz a voulu le faire initialement. Ils ne sont plus les piliers immuables, c'est à nous de continuer le combat.

Le druide détourne le regard un instant. Aussi difficile que cela puisse être à admettre, Celyan n’a pas forcement tort. C’est à eux de se débrouiller, mais un monde sans la présence des dragons, sans leur aide et support ?
Le druide émet un grognement de dépit, se reposant contre la présence apaisante et lumineuse de l’humaine. Les habitudes ont la vie dure, il va falloir une nouvelle fois s’adapter, aussi pénible que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragments de passé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragments de passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» retour vers le passé!
» Passé sombre.
» 12. Fragments d'Orr
» Sous les ailes des dragons du passé, à Forgefer.. ?
» Quand le passé nous tien...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quintessence :: La vie en Azeroth :: Aventures-
Sauter vers: