Ancien forum de la guilde jeu de rôle Quintessence sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor
 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le récit d'une Louve, le retour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Messages : 103
Age : 21

MessageSujet: Le récit d'une Louve, le retour.   Sam 1 Nov 2014 - 20:12

Le retour.


Assise en face de l'âtre de l'auberge, Duncan sommeillant juste à coté d'elle au son crépitant des flammes, Elyzabeth lisait les quelques livres que Celyan lui avait laissé sur le pat de sa porte la veille. Ses pieds étaient légèrement endolories, et la fatigue commençait à la prendre, à cause de ses activités de la journée.

Tôt le matin, elle avait entreprit d'aller chercher Duncan à Hurlevent et partit seule en suivant son propre chemin à travers la forêt d'Elwynn qu'elle connaissait dorénavant presque par cœur. Arrivé dans la grande ville, elle décida d'en profiter pour faire un détour par les boutiques, afin de prévoir ce qu'elle achèterai bientôt. Elle avait alors vue une tenue splendide, parfaite pour voyager, avec en prime un manteau de fourrure, mais elle préféra patienter afin d'acheter un peu d'équipement au près d'un vendeur d'arc, et d'un tanneur qui s'occupa de son armure de cuir tandis qu'elle alla chercher son "petit frère" à l'auberge des vieux cabots. Ce n'est qu'en revenant qu'elle vit cette besace en cuir foncé, tout juste assez grand pour transporter le stricte nécessaire. Comptant ses maigres économies restantes, elle commença à discuter avec le tanneur, et se rendit compte qu'avec un petit sourire et un peu de diplomatie on peut obtenir énormément!

Le retour prit plus de temps que l'allé étant donné la jovialité de Duncan, qui emmena sa maîtresse, clopin clopant aux quatre coins de la forêt à la recherche de pistes de chasse à suivre, une belle besace toute neuve sous le bras. Ce n'est qu'arrivant à l'auberge que la fatigue rattrapa enfin le chien loup qui fit une sieste bien mérité près du feu.

Reposant l'un des recueilles sur ses genoux, et se frottant les yeux, elle adressa un sourire à son chien qui leva la tête au même moment. Elle se rendit alors vite compte que ce geste ne lui était pas adressé à elle, mais à l'homme encapuchonné qui rentra avec un chien à ses cotés. Observant l'animal du coin de l'oeil, Elyzabeth n'eut pas de mal à reconnaître son lignage gilnéen, et sans nul doutes elle sut qu'il était de pure sang. Ce petit détail lui en apprit alors énormément sur le passé de l'homme qui venait d'entrer, il était de Gilnéas, mais plus important c'était un noble. Ne voulant pas trop se faire remarquer, elle tâcha de ne pas le regarder passer, feignant de lire. Une subtilité que Duncan ne sembla pas comprendre, puisqu'il alla voir le pure sang Gilnéen afin de... Ben de faire connaissance avec la diplomatie canine. Soupirant, Elyzabeth se leva et alla chercher Duncan afin d'empêcher toute émeute canine ne survenir. L'homme retenant son chien par la bride du collier qu'il portait... Enfin qu'il... Un médaillon en forme de cœur pendait au bout du collier du chien, certainement pour faire comprendre qu'il s'agit en réalité d'une chienne. Levant la tête en direction de l'homme pour lui adresser un sourire, elle entrevit une barbichette rousse dépassant de la pénombre de la capuche. Roux... Cela lui dit quelque chose, néanmoins, elle passa au détail suivant qui la marqua enfin. L'homme portait le tabard du Kirin tor, pourpre avec un oeil doré. Croyant qu'il s'agissait de l'homme envoyé pour l'expédition à Karazhan, Elyzabeth se présenta:


"Bonsoir messire. Je m'appels Elyzabeth, Elyzabeth Wood."

L'homme marqua un temps, comme surprit. Il lâcha sa louve qui resta aux pieds de son maître, bien élevée. D'une voix sévère et méfiante, contrastant avec son timbre jeune, l'homme lui fit répéter:

"Comment dites-vous que vous vous appelez?"
"Ely-za-beth Wood, messire..."

Alors, relevant doucement sa capuche qui le masquait, l'homme révéla son visage. Il avait encore les traits jeune de l'adolescence, qu'il masquait avec une barbichette et une moustache rousse, presque formée. Ses cheveux flamboyant étaient légèrement ébouriffés, coupé il y a peu pourtant. Mais son regard... Ce regard bleu était d'un clair presque azure et semblait percer celui de ceux qui lui rendait. Comment oublier un tel regard?



"Samuel?!"

Elyzabeth en tomba presque à la renverse... Elle fit un mouvement vers la table à sa droite, afin de poser sa main, puis l'homme vint lui apporter une chaise sur laquelle elle s'assit. Voilà presque... Deux ans... Deux ans sans nouvelles de lui. Il fut son premier ami humain. Ils s'étaient rencontré sur le navire qui les avait emmener en Kalimdor, et il habitait dans la maison juste à coté de chez elle quand ils vivaient à Theramore... Et maintenant, il est là sous ses yeux. Elle l'avait pensé mort depuis l'horreur de Theramore... Elle avait si longtemps pensé à lui après. Si elle avait déjà aimé un homme, s'était lui, et elle ne pensait alors plus jamais aimer autant... Et le voilà là? Pourquoi? Pourquoi n'a-t-il pas cherché à la retrouver comme elle l'avait fait? Ils se seraient certainement retrouvé? Pourquoi... Maintenant? Pourquoi?

"Pourquoi?!... Lui cria-t-elle... Que fais-tu là? Ici? Maintenant? Où étais-tu tout ce temps? Je t'ai cherché... Je t'ai attendus... Je... Je... Je..."

Samuel la prit alors dans ses bras tendrement, comme si ils ne s'étaient jamais quitté. Elle le repoussa...

"Non! Samuel! J'ai besoin d'explications! Je veux savoir!" Les larmes commencèrent à lui couler sur les joues. Le revoir était comme refaire face à son passé si soudainement...

Les gens dans l'auberge les dévisagées du coin de l'oeil. Il la reprit alors une seconde fois dans ses bras, et l’emmena à l'extérieur. Il tenta de la calmer dans un premier temps, mais se rappela très vite qu'il ne fallait pas agir ainsi avec elle. Il s'assit, sur le bord de la fontaine, la laissa faire les cents pas, et commença à tout lui expliquer:

"Le jour où... La bombe explosa... *regard sombre d'Elyzabeth* J'étais sur un navire au large de Theramore. Je travaillai sur un navire de pêche, et comme souvent, Loulou nous accompagnait sur le navire. C'est alors qu'au loin, on a entendus des cris, suivis d'un sifflement perçant qui éclata... Puis on vit l'onde arcanique... Le souffle magique arriva jusqu'à nous, heureusement nous en sortîmes intacte. *Samuel regarde le sol, encore choqué par son récit* Après quelques minutes, on savait qu'il fallait partir. On a donc vogué le long de la cote, en faisant un grand détour au niveau d'Orgrimmar, pour arriver jusqu'à Teldrassil. Ca nous a prit deux semaines... *Elyzabeth arrête de piétiner, et regarde Samuel* J'avais tellement espéré te retrouver là bas, toi, ton père, et ma mère... Mais aucuns de vous trois n'y étaient. Des semaines plus tard, je suis allé à Hurlevent, où j'ai appris que quelques survivants étaient venu en ville. Mais j'avais perdus espoir... *Elyzabeth fronce les sourcils et tourne les dos à Samuel* ... Enfin Elyz'! Comprends moi, s'il te plait, ce n'est..."

Elyzabeth coupe la parole à Samuel.

"Non Samuel! Jamais... Moi je t'ai cherché, je t'ai attendus, longtemps... Très longtemps! Tu n'imagine pas ce que j'ai pus faire pour rester en vie tout ce temps."

Samuel se lève et prend Elyzabeth dans ses bras qui ne se débat plus.

"J'aimerai tellement revenir en arrière pour te chercher encore... Mais il fallait que j'avance. Tu as certainement dus tourner la page toi aussi, je le sais. Mais maintenant que tu es là, je t'en pris... Pardonne moi..."

A ces mots, Elyzabeth se tourna vers Samuel et le prit à son tour dans ses bras. Il avait raison, il faut savoir pardonner. Le lendemain matin, Elyzabeth partit avec Samuel, Loulou et Duncan à Karazhan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quintessence-rp.forumgratuit.be
Admin

avatar

Messages : 103
Age : 21

MessageSujet: Re: Le récit d'une Louve, le retour.   Dim 23 Nov 2014 - 13:19

Karazhan

Le voyage qui mène jusqu'à la tour de Karazhan n'a rien d'une balade en forêt, au contraire les quelques arbres encore debout semblent morts, tout comme les cadavres pendus ça et là. C'est donc sur le qui-vive qu'avancent les quatre compagnons. Loulou et Duncan apprenaient de nouveau à faire connaissance, tandis que Samuel et Elyzabeth se contentaient d'avancer en parlant à voix basse.

"Cet endroit me file la chaire de poule..." Lança Elyzabeth tout en s'assurant qu'il n"y ait rien derrière les buissons.
-"Je vois ça... Allons ne t'en fais pas, je suis là. *Sourire taquin*
-Tu as l'air d'un vrai héros... Trop sûr de lui.
-J'ai changé tu sais, je ne suis plus le gamin apeuré d’antan. Et je n'en suis pas à ma première mission d'investigation. D'ailleurs, pourquoi as-tu voulu que l'on parte... Que nous deux? On m'a demandé d'accompagner deux humaines, dont une paladin, et un druide kaldorei. Si mes supérieurs l'apprenaient, j'en aurais pour mon grade.


Elyzabeth marque un léger temps de silence.

- Lorsque je t'ai vu, j'ai réalisé bien des choses... Je dois avancer, seulement j'ignore comment. Je t’avoue ne pas avoir réfléchi plus loin. J'ai agi pas instinct, il me fallait avancer, et tu es l'occasion qui s'est présenté.
- Uniquement ça? Tu me flattes !
*ironique*

La conversation continua, sur le ton de la plaisanterie, qui alla crescendo le long du chemin qui devenait de plus en plus lugubre. Enfin, du haut d'un pic rocheux qui traversait un gouffre en contre bas, les deux comparses purent voir la tour qui s'élevait au loin, tenant mystérieusement en place, comme soutenant le ciel nuageux. La prouesse était d'autant plus grande que l'on pouvait voir une balafre l'éventrait de par son centre à quelques kilomètres de distance. Le souffle coupé, Elyzabeth et Samuel observaient, sans dire un mot. C'est un spectacle que l'on ne peut oublier étant donné la majesté qui émane de ce monument.
L’œil perçant de l'humain, sembla comme percer le mystère qui s'élevait du monument. Il vit un pont étroit allant de ce qui ressemblait à des écuries, qui rejoignait la tour à l'extrémité de sa base, et de la balafre qui la scindait presque en deux.

"Là, regarde. On peut passer rejoindre la tour par là. D'après ce que je sais de la tour, la bibliothèque se trouve juste au dessus de la balafre, c'est bien là que tu dois te rendre non ? Il nous faudra simplement faire attention lors de notre ascension vers le sommet."

Samuel pointa l'horizon, décrivant ainsi le trajet à faire. Elyzabeth se contenta de hocher la tête, et de suivre son guide expérimenté. Ainsi ils atteignirent très vite le pied de la tour monumentale, où un groupe de mages de "l’œil pourpre" s'était installé. De là arrivèrent des soldats aux couleurs doré et pourpre à la rencontre des deux inconnus et de leurs compagnons canin. Samuel sortit de sous sa cape une missive qu'il leur tendit. D'un oeil dubitatif, les hommes en armures reluquèrent de haut en bas Samuel, n'appréciant certainement pas l'autorisation qui lui fut accordé d'amener une personne extérieur du kirin tor à l'intérieur de la tour de Karazhan. Ainsi, après quelques paroles échangées avec des mages qui pénétraient régulièrement à l'intérieur de la tour -expliquant par la même occasion qu'il n'y avait "presque" plus de dangers à en parcourir les salles- Elyzabeth et Samuel purent entrer par le pont observé de loin par l’œil agile de Samuel. L’ascension fut en somme rapide et sans danger comme indiqué, malgré la peur de Loulou la brave chienne de chasse qui dut être porté à bout de bras par Samuel, tandis que Duncan observait ,impassible, le vide en contre bas. Elyzabeth se posa alors des questions pour le moins existentielles et auquel un mage aguerrit aurait put répondre: "Pourquoi construire un bâtiment si haut?" Grimpant toujours plus haut, entre les planches de bois, et les pierres fragiles menaçant de dégringoler au moindre faux pas, les questions devinrent moins importante, et la fatigue commença déjà à les prendre.
Mais alors qu'Elyzabeth allait proposer de faire une pause, ils atteignirent le plus haut point visible de la "Balafre" où une porte les accueillirent, grande ouverte et quasiment intacte révélant derrière un couloir dans le même état où elle fut laissé lors du départ des derniers occupants de la tour. Samuel s'avança alors vers elle, en inspectant chaque recoin de cette entré tout en faisant d'étranges gestes et marmonnant dans sa barbe des mantras imperceptible à moins d'avoir l'oreille collé à ses lèvres, mais qui résonnait tout de même par l'impressionnante beauté et l'aspect mystérieux qu'ils lui donnait.

"C'est bon, nous pouvons rentrer, je m'assurait qu'il ne s'agissait pas d'une illusion." Dit-il tout en se tournant vers Elyzabeth.

Ainsi débuta l'inspection des salles de la tour. L'intérieur était pour le moins luxueux. Ca et là était accroché des portraits, des statues de chevaliers ornés à quelques endroits important les entrés de certaines salles, et plus impressionnant encore les meubles de bois n'avaient pas été rongés par les mythes!.. Le dallages au sol avait été minutieusement incrusté dans le sol, si bien que l'on avait du mal à voir les jointures entre elles, si bien que l'aspect ressortait pour le moins parfait. Arrivant à l'intersection d'un couloir, le regard de Elyzabeth alla se poser sur le portrait d'une femme, visiblement une magicienne de haut rang d'une beauté presque inégalable pour une humaine dont le regard semblait comme scruter ceux d'Elyz'.


"Cette femme, qui est-ce?" Demanda-t'elle à son guide privé.
"C'est nul autre que Magna Aegwynn, la mère de Medhiv et avant dernière Gardienne de Tirisfal. Son pouvoir était inégalable... Mais pas assez grand pour stopper son fils dans sa folie... *Elyz' reste un petit moment à scruter le portrait* On ignore aujourd'hui ce qu'elle est devenue."

A ces mots, son regard se détacha, et ils purent reprendre leur marche dans les couloirs sombre et menaçant de la tour. Lentement, une crainte s'installa. Peut être était-ce dut à la puissance des arcanes tellurique qui s'engouffrent dans les couloirs -comme Samuel lui expliquait-, à l'ambiance lugubre, ou bien aux regards oppressant que chaque œuvres d'art -tableaux comme statues- semblaient leur jeter. Duncan et Loulou ne rassuraient pas pour autant les deux comparses humains, leurs grognements à chaque embouchures ne faisait que confirmer qu'ils n'étaient pas en sécurité ici. Malgré ce sentiment d'oppression, l'esprit d'Elyzabeth sembla se laisser divaguer à des réflexions ayant pour principale sujet elle même:

Samuel semblait avoir mûrit et être si sur de lui depuis la dernière fois qu'elle l'avait vu... Pourquoi n'était-ce pas son cas? Qu'avait-elle fait ces dernières années? Hormis quelques voyages, elle n'avait pas réellement de but bien définis... Elle aimait les plantes, mais à quoi cela pouvait l'amener? Elle était passé au travers de multiples conflits et n'avait que récemment assisté à une vraie bataille... Elle avait connue des tragédie... Mais cela ne l'avait pas fais avancer, au contraire... Elle semblait régresser à chaque voyage qu'elle entreprenait. Pourquoi ne pas avoir prévenus Celyan et Khalal qu'elle partait pour Karazhan avec un ami d'enfance? Elle aurait put leur expliquer... Mais leur expliquer quoi? Et comment? Auraient-ils compris pourquoi elle voulait partir? L'auraient-ils compris? Après tout la magie n'est pas à prendre à la légère. Très peu de femmes peuvent se dire de vraie magicienne, et soudainement Elyzabeth sentit qu'elle pouvait en devenir une. Les arcanes tellurique ne sont pas si compliquées à comprendre, tout est question de source de pouvoir, le reste vient de lui même.


En un clignement d'oeil, Elyzabeth se trouva dans une salle remplit de convives. Le souffle coupé par se brusque changement de lieu, son regard alla se poser sur l'homme avec lequel elle était en train de danser. Prenant un léger temps d'adaptation, elle fit une révérence digne d'une courtisane de bas étage, et feignit de se sentir mal pour ensuite se diriger vers la salle de banquet et s'asseoir à la première chaise qu'elle trouva. Ce n'est qu'assise qu'elle put prendre conscience qu'elle portait une robe de soirée dans les tons verts, fait de feutre, avec un corset beaucoup trop serré pour toutes activités physique -danse comprise-, ce qui expliqua peut être son malaise soudain. Néanmoins cela n'expliquait certainement pas la raison de sa présence en ce lieu... C'était-elle perdue? Ou bien avait-elle toujours était ici?
Petit à petit, les détails d'une vie qu'elle ne semblait pas avoir vécu devinrent de plus en plus concret. Elle s'appelait bien Elyzabeth Wood, mais elle était née à Hurlevent dans une petite maison tranquille, menant une petite vie idyllique. Elle s'était marié à un jeune noble fortuné promit à devenir une grand homme de la cour du roi -c'était d'ailleurs l'homme avec qui elle dansait-. Elle avait reçut une invitation pour ce Bâle de fin d'année il y a une mois, et elle avait fait faire cette robe sur mesure pour l'occasion. Elle se voyait encore rire, et boire... Néanmoins quelque chose semblait comme... Ne pas être vrai. Elle n'arrivait pas à poser un nom dessus, ni même à percevoir ce que cela pouvait bien être...
C'est alors qu'elle perçut en bout de table une jeune femme aux cheveux roux, au visage familier, mais portant une robe aux teintes flamboyante, discutant avec un haut elfe. Cette jeune femme portait certainement un nom, mais il lui fut impossible de lui en donner un. En la regardant, elle s’aperçut que sa discussion avec l'elfe semblait l’agacer, ce qui la fit instinctivement rire... Jamais elle ne l'avait vu dans un tel état d'énervement et d’agacement... D'ailleurs l'avait-elle déjà vu? Laissant de coté cette question, Elyzabeth se leva pour aller la rejoindre, mais en moins de temps qu'il n'en fut pour dire "Ouaf!" la jeune femme rousse se lança dans une valse avec l'elfe. Tentant de se frayer un chemin entre la foule de danseur, elle les perdit de vue, mais ne pouvant se résigner à la laisser s'échapper, elle ouvrit la première porte sur laquelle elle tomba.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quintessence-rp.forumgratuit.be
Admin

avatar

Messages : 103
Age : 21

MessageSujet: Re: Le récit d'une Louve, le retour.   Dim 8 Mar 2015 - 16:21

(Ajout de la suite + screen) (Sujet toujours en court de traitement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quintessence-rp.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le récit d'une Louve, le retour.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le récit d'une Louve, le retour.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vds] Carte retour de force Atomiswave + Maximum Speed/FTS
» [A lire] Le Renard et la Louve
» Retour du magazine Casus Belli
» Retour au Pays Imaginaire(libre)
» Euh,C'Thun le retour ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quintessence :: La vie en Azeroth :: Aventures-
Sauter vers: